Full Text Archive logoFull Text Archive — Books, poems, drama…

Le Tour du Monde en 80 Jours by Jules Verne

Part 6 out of 6

Adobe PDF icon
Download this document as a .pdf
File size: 0.6 MB
What's this? light bulb idea Many people prefer to read off-line or to print out text and read from the real printed page. Others want to carry documents around with them on their mobile phones and read while they are on the move. We have created .pdf files of all out documents to accommodate all these groups of people. We recommend that you download .pdfs onto your mobile phone when it is connected to a WiFi connection for reading off-line.

reverend Samuel Wilson au sujet d'un certain mariage qui devait
se conclure le lendemain meme.

Passepartout etait donc parti, enchante. Il se rendit d'un pas
rapide a la demeure du reverend Samuel Wilson, qui n'etait pas
encore rentre. Naturellement, Passepartout attendit, mais il
attendit vingt bonnes minutes au moins.

Bref, il etait huit heures trente-cinq quand il sortit de la
maison du reverend. Mais dans quel etat! Les cheveux en
desordre, sans chapeau, courant, courant, comme on n'a jamais vu
courir de memoire d'homme, renversant les passants, se
precipitant comme une trombe sur les trottoirs!

En trois minutes, il etait de retour a la maison de Saville-row,
et il tombait, essouffle, dans la chambre de Mr. Fogg.

Il ne pouvait parler.

"Qu'y a-t-il?" demanda Mr. Fogg.

"Mon maitre... balbutia Passepartout... mariage... impossible."

"Impossible?"

"Impossible... pour demain."

"Pourquoi?"

"Parce que demain... c'est dimanche!"

"Lundi," repondit Mr. Fogg.

"Non... aujourd'hui... samedi."

"Samedi? impossible!"

"Si, si, si, si! s'ecria Passepartout. Vous vous etes trompe
d'un jour ! Nous sommes arrives vingt-quatre heures en avance...
mais il ne reste plus que dix minutes!..."

Passepartout avait saisi son maitre au collet, et il
l'entrainait avec une force irresistible!

Phileas Fogg, ainsi enleve, sans avoir le temps de reflechir,
quitta sa chambre, quitta sa maison, sauta dans un cab, promit
cent livres au cocher, et apres avoir ecrase deux chiens et
accroche cinq voitures, il arriva au Reform-Club.

L'horloge marquait huit heures quarante-cinq, quand il parut
dans le grand salon...

Phileas Fogg avait accompli ce tour du monde en quatre-vingts
jours!...

Phileas Fogg avait gagne son pari de vingt mille livres!

Et maintenant, comment un homme si exact, si meticuleux,
avait-il pu commettre cette erreur de jour? Comment se
croyait-il au samedi soir, 21 decembre, quand il debarqua a
Londres, alors qu'il n'etait qu'au vendredi, 20 decembre,
soixante dix neuf jours seulement apres son depart?

Voici la raison de cette erreur. Elle est fort simple.

Phileas Fogg avait, "sans s'en douter", gagne un jour sur son
itineraire, -- et cela uniquement parce qu'il avait fait le tour
du monde en allant vers l'_est_, et il eut, au contraire, perdu
ce jour en allant en sens inverse, soit vers l'_ouest_.

En effet, en marchant vers l'est, Phileas Fogg allait au-devant
du soleil, et, par consequent les jours diminuaient pour lui
d'autant de fois quatre minutes qu'il franchissait de degres
dans cette direction. Or, on compte trois cent soixante degres
sur la circonference terrestre, et ces trois cent soixante
degres, multiplies par quatre minutes, donnent precisement
vingt-quatre heures, -- c'est-a-dire ce jour inconsciemment
gagne. En d'autres termes, pendant que Phileas Fogg, marchant
vers l'est, voyait le soleil passer _quatre-vingts fois_ au
meridien, ses collegues restes a Londres ne le voyaient passer
que _soixante-dix-neuf fois_. C'est pourquoi, ce jour-la meme,
qui etait le samedi et non le dimanche, comme le croyait Mr.
Fogg, ceux-ci l'attendaient dans le salon du Reform-Club.

Et c'est ce que la fameuse montre de Passepartout -- qui avait
toujours conserve l'heure de Londres -- eut constate si, en meme
temps que les minutes et les heures, elle eut marque les jours!

Phileas Fogg avait donc gagne les vingt mille livres. Mais
comme il en avait depense en route environ dix-neuf mille, le
resultat pecuniaire etait mediocre. Toutefois, on l'a dit,
l'excentrique gentleman n'avait, en ce pari, cherche que la
lutte, non la fortune.

Et meme, les mille livres restant, il les partagea entre
l'honnete Passepartout et le malheureux Fix, auquel il etait
incapable d'en vouloir. Seulement, et pour la regularite, il
retint a son serviteur le prix des dix-neuf cent vingt heures de
gaz depense par sa faute.

Ce soir-la meme, Mr. Fogg, aussi impassible, aussi flegmatique,
disait a Mrs. Aouda:

"Ce mariage vous convient-il toujours, madame?"

"Monsieur Fogg," repondit Mrs. Aouda, "c'est a moi de vous faire
cette question. Vous etiez ruine, vous voici riche..."

"Pardonnez-moi, madame, cette fortune vous appartient. Si vous
n'aviez pas eu la pensee de ce mariage, mon domestique ne serait
pas alle chez le reverend Samuel Wilson, je n'aurais pas ete
averti de mon erreur, et..."

"Cher monsieur Fogg...," dit la jeune femme.

"Chere Aouda..., " repondit Phileas Fogg.

On comprend bien que le mariage se fit quarante-huit heures plus
tard, et Passepartout, superbe, resplendissant, eblouissant, y
figura comme temoin de la jeune femme. Ne l'avait-il pas
sauvee, et ne lui devait-on pas cet honneur?

Seulement, le lendemain, des l'aube, Passepartout frappait avec
fracas a la porte de son maitre.

La porte s'ouvrit, et l'impassible gentleman parut.

"Qu'y a-t-il, Passepartout?"

"Ce qu'il y a, monsieur! Il y a que je viens d'apprendre a
l'instant..."

"Quoi donc?"

"Que nous pouvions faire le tour du monde en soixante-dix-huit
jours seulement."

"Sans doute, repondit Mr. Fogg, en ne traversant pas l'Inde.
Mais si je n'avais pas traverse l'Inde, je n'aurais pas sauve
Mrs. Aouda, elle ne serait pas ma femme, et... "

Et Mr. Fogg ferma tranquillement la porte.

Ainsi donc Phileas Fogg avait gagne son pari. Il avait accompli
en quatre-vingts jours ce voyage autour du monde! Il avait
employe pour ce faire tous les moyens de transport, paquebots,
railways, voitures, yachts, batiments de commerce, traineaux,
elephant. L'excentrique gentleman avait deploye dans cette
affaire ses merveilleuses qualites de sang-froid et
d'exactitude. Mais apres? Qu'avait-il gagne a ce deplacement?
Qu'avait-il rapporte de ce voyage?

Rien, dira-t-on? Rien, soit, si ce n'est une charmante femme,
qui -- quelque invraisemblable que cela puisse paraitre -- le
rendit le plus heureux des hommes!

En verite, ne ferait-on pas, pour moins que cela, le Tour du Monde?

FIN

Book of the day: