Full Text Archive logoFull Text Archive — Free Classic E-books

French Lyrics by Arthur Graves Canfield

Part 8 out of 8

Adobe PDF icon
Download this document as a .pdf
File size: 0.7 MB
What's this? light bulb idea Many people prefer to read off-line or to print out text and read from the real printed page. Others want to carry documents around with them on their mobile phones and read while they are on the move. We have created .pdf files of all out documents to accommodate all these groups of people. We recommend that you download .pdfs onto your mobile phone when it is connected to a WiFi connection for reading off-line.

JOSE-MARIA DE HEREDIA.

l842.

He was born in Cuba, but was educated and has resided in France. He
attracted notice among the _Parnassiens_ by the degree of perfection
with which he rendered in words the element of plastic beauty and the
rare finish and precision of his style. He has used almost exclusively
the form of the sonnet, to which he has given a new power and
amplitude.

Works: _Les Trophies_, 1893 (many of the sonnets composing this volume
had appeared in the _Revue des Deux Mondes_ and elsewhwere and had
long been admired).

For reference: J. Lemaitre, _les Contemorains_, vol. ii, 1887; F.
Brunetiere, _Evolution de la poesie lyrique_, vol. ii, 1894; M. de
Voguee, _Devant le siecle_, 1896; Edmund Gosse, _Critical Kit-Kats_,
New York, 1896.

278. ANTOINE ET CLEOPATRE. LE CYDNUS. This is the name of the river on
which Tarsus is situated. 18. LAGIDE; the line of the Ptolemies, to
which Cleopatra belonged, was descended from Lagus; the first Ptolemy
was commonly called the son of Lagus.

279. 18. BUBASTE ET SAIS; Bubastis and Sais were ancient cities of
importance in the Delta of the Nile.

280. 6. LES CONQUERANTS. PALOS, the famous Spanish port from which
Columbus sailed. MOGUER, a small town a little above Palos. 9.
CIPANGO, the name given by Marco Polo in the account of his travels to
an island or islands east of Asia, supposed to be Japan.

PAUL VERLAINE.

1844-1896.

The most striking and original figure among the poets of the latter
half of the century. In the irregularity of his life he might count
as a modern Rutebeuf or Villon. He certainly possessed a rich poetic
endowment, which only occasionally produced what it seemed capable
of. He began under the influence of the _Parnassiens_, but his most
characteristic work is as far removed as possible from the plastic
objectivity of that school. He pursues the expression of the most
elusive sensations, and is so little concerned about clear ideas and
precise forms and outlines that even grammatical coherence often
fails, and the mind gropes in a mist of unintelligibility--in which
direction, however, his disciples have gone very far beyond him. But
in the rendering of pure feeling and sensation, in direct emotional
appeal of tone and accent, he discovered powerful secrets for his
verse that others have not known. He seems now to have been one of the
original poetic forces of the century.

Works: _Poemes saturniens_, 1866; _Fetes galantes_, 1869; _la Bonne
Chanson_, 1870; _Romances sans paroles_, 1874; _Sagesse_, 1881; _Jadis
et naguere_, 1885; _Amour_, 1888; _Parallelement_, 1889; _Bonheur_,
1891; _Chansons pour elle_, 1891; _Dans les limbes_, 1894; _Chair_,
1896; _Invectives_, 1896; selections from the volumes to and including
_Bonheur_ are given in _Choix de poesies_, 1891.

For reference: Ch. Morice, _Paul Verlaine, l'homme et l'oeuvre_; J.
Lemaitre, in _Revue Bleue_, Jan. 7, 1888; F. Brunetiere, _Evolution de
la poesie Iyrique_, vol. ii, 1894; A. Cohn, in _The Bookman_, vol. i,
with portraits.

28O. COLLOQUE SENTIMENTAL. From _Fetes galantes_.

288. 1. The quotation is from Dante's _Purgatorio_, canto iii, 79-84.
ART POETIQUE. From _Jadis et naguere_.

289. UN VEUF PARLE and PARABOLES are from _Amour_.

291. PARABOLES. 1. LE POISSON; the use of the fish in Christian art as
a symbol of Christ is well known. Its origin is commonly said to be in
the initials of the Greek [Greek: Iaesus Christos Theou Tios Sotaer]
which make the word _Ichthus_ (fish). 2. L'ANON; cf. St. Mark xi. 3.
LES PORCS, etc.; cf. St. Mark v, 13.

EMILE BERGERAT.

1845.

Widely known under the name of Caliban as the alert and witty
_chroniqueur_ of the Figaro and as the facile rhymester of its _lyre
comique_, has written a few serious poems of direct and vigorous
expression, especially under the inspiration of the memory of the war
of 1870-71.

Works: _Poemes de la guerre_, 1871; _la Lyre comique_, 1889.

291. PAROLES DOREES. 17. CYLINDRE, the cylinder or toothed roller of
the hand-organ.

FRANCOIS FABIE.

1846.

The son of poor peasants, he has perpetuated the scenes and the simple
life of his boyhood and the poverty and rude toil of his country home
in verse of deep, pure, and tender feeling.

Works: _La Poesie des Betes_, 1886; _le Clocher_, 1887; _la Bonne
terre_, 1889; _Voix rustiques_, 1892; these are collected in the
edition of _Poesies_, 2 vols., 1891-94. 293. LES GENETS. From _le
Clocher_.

PAUL DEROULEDE.

1846.

Politician, as well as man of letters, he is known especially for
his war lyrics, which have achieved a wide popularity. They are
recommended more by the vigor of their patriotic sentiment than by
their technical qualities.

Works: _Chants du Soldat_, 1872; _Nouveaux Chants du Soldat_, 1875;
Marches et Sonneries, 1881; _Refrains militaires_, 1888; _Chants du
Paysan_, 1894.

For reference: G. Larroumet, _Etudes de litterature et d'art_ vol.
iii.

296. LE BON GITE. From _Nouveaux Chants du Soldat_.

GEORGES BOUTELLEAU.

1846.

He has won the attention of the smaller public of men of letters by
the finish and delicacy of the short poems, which justify the titles
of the volumes in which they have been collected by suggesting the art
of the miniature painter and the worker in stained glass.

Works: _Poemes en miniature_, 1881; _le Vitrail_, 1887; _les

Cimes_, 1893.

297. LE COLIBRI. From _Poemes en miniature_.

298. LES DEUX OMBRES. From _le Vitrail_.

LOUIS TIERCELIN.

1849.

His work is distinguished by sentiment that is usually pure and sweet,
sometimes deep and tender.

Works: _Les Asphodeles_, 1873; _l'Oasis_, 1880; _les Anniversaires_,
1887; _les Cloches_, 1891; _Sur la Harpe_, 1897.

298. LE PETIT ENFANT. From _l'Oasis_. For the form of the triolet see
the remarks on versification.

GUY DE MAUPASSANT.

1850-1893.

This famous master of the short story began his literary career, like
Daudet, Theuriet, and Bourget, with a volume of verse. _Des Vers_,
1880.

PAUL BOURGET.

1852.

Like Maupassant, he early forsook poetry for the novel, and for
literary criticism. His verse, like his prose, is the work of a
psychologist, who observes and analyzes his own experiences. He is
never so far possessed by his emotion as to cease to inspect it
curiously. In the restlessness of his spirit, the unsettled currents
of his moral atmosphere, his doubts and longings, he represents a
large fraction of his generation.

Works: _La Vie inquiete_, 1874; _Edel_, 1878; _les Aveux_, 1882;
collected in two volumes with the title _Poesies_, 1885-87.

For reference: J. Lemaitre, _les Contemporains_, vol. ii, 1887; A. N.
van Daell, _Extraits choisis des oeuvres de Paul Bourget_, Boston,
1894 (introduction and _lettre autobiographique_).

302. PRAETERITA is from _la Vie inquiete_; the other poems here given
are from _les Aveux_. 13, 14; the second of November, _jour des
Trepasses_, is in the church calendar the day of the special
commemoration of the dead.

ABEL HERMANT.

1862.

Another who seems to have been won from poetry to the novel, in which
field he has achieved some striking successes. His one volume of
verse is _les Mepris_, 1883. See G. Pellissier, _Nouveaux essais de
litterature contemporaine_, 1895.

305. L'ETOILE. 17. LE CHALDEEN; see St. Matthew ii, i-ii.

INDEX BY AUTHORS AND TITLES.

ACKERMANN, MADAME LOUISE (1813-1890).
L'Homme.

AGOULT, SOPHIE DE FLAVIGNY, COMTESSE D' (1806-1876).
L'Adieu.

ARNAULT, ANTOINE-VINCENT (1766-1834).
La Feuille.

ARVERS, FELIX (1806-1851).
Un Secret.

AUBIGNE, THEODORE-AGRIPPA D' (1550-1630).
L'Hyver.

BANVILLE, THEODORE DE (1823-1891).
La Chanson de ma mie.
A Adolphe Gaiffe.
Ballade des pendus.

BARBIER, HENRI-AUGUSTE (1805-1882).
L'Idole.

BAUDELAIRE, PIERRE-CHARLES (1821-1867).
Le Guignol.
La Vie anterieure.
La Beaute.
La Cloche felee.
Spleen.
Le Gout du neant.
La Rancon.
Le Coucher du soleil romantique.
Hymne.
La Mort des pauvres.
L'Homme et la mer.

BERANGER, PIERRE-JEAN DE (1780-1857).
Le Roi d'Yvetot.
Le Vilain.
Mon Habit.
Les Etoiles qui filent.
Les Souvenirs du peuple.
Les Fous.

BERGERAT, AUGUSTE-EMILE (1845- ).
Paroles dorees.

BERTAUT, JEAN (1552-1611).
Chanson. "Les Cieux inexorables".

BORNIER, VICOMPTE HENRI DE (1825- ).
Resignons-nous.

BOURGET, PAUL (1852- ).
Praeterita.
Romance. "Pourquoi cet amour insense."
Depart.
Nuit d'ete.
Epilogue.

BOUTELLEAU, GEORGES (1846- ).
Le Colibri.
Les Deux ombres.

BRIZEUX, AUGUSTE (1805-1858).
Le Livre blanc.

CAZALIS, HENRI (1840- ).
La Bete.
Reminiscences.

CHARLES D'ORLEANS (1391-1465).
Ballade. "Nouvelles ont couru en France".
Rondel. "Laissez-moy penser a mon aise".
Rondel. "Le temps a laissie son manteau".
Rondel. "Les fourriers d'Este sont venus".
Rondel. "Dieu! qu'il la fait bon regarder".

CHATEAUBRIAND FRANCOIS-RENE de (1768-1848).
Le Montagnard exile.

CHENIER, MARIE-ANDRE DE (1762-1794).
La Jeune captive.
Iambes.

CHENIER, MARIE-JOSEPH DE (1764-1811).
Le Chant du depart.

COPPEE, FRANCOIS (1842- ).
Juin.
L'Horoscope.
L'Attente.
Chanson d'exil.
Romance. "Quand vous me montrez une rose".
Lied.
Etoiles filantes.
A un Elegiaque.

DAUDET, ALPHONSE (1840-1897).
Aux Petits enfants.
L'Oiseau bleu.

DEROULEDE, PAUL (1846- ).
Le Bon gite.

DESAUGIERS, MARIE-ANTOINE-MADELEINE (1772-1827).
Moralite.

DESBORDES-VALMORE, MARCELINE (1786-1859).
S'il avait su.
Les Roses de Saadi.
Le Premier amour.

DU BELLAY, JOACHIM (1525-1560).
L'Ideal.
L'Amour du clocher.
D'un Vanneur de bled aux vents.

DUPONT, PIERRE (1821-1870).
La Veronique.
Les Boeufs.
Le Chant des ouvriers.
Le Repos du soir.

FABIE, FRANCOIS-JOSEPH (1846- ).
Les Genets.

FRANK, FELIX (1837- ).
"C'etait un vieux logis ".

FREMINE, CHARLES (1841- ).
Retour.

GAUTIER, THEOPHILE (1811-1872).
Voyage.
Tombee du jour.
Noel.
Fumee.
Choc de cavaliers.
Les Colombes.
Lamento.

Tristesse.
La Caravane.
Plaintive tourterelle.

Premier sourire du printemps.
L'Aveugle.
La Source.
Le Merle.
L'Art.

GERARD DE NERVAL (1808-1855).
Fantaisie.
Vers dores.

GILBERT, NICOLAS-JOSEPH-LAURENT (1751-1780).
Adieux a la vie.

GLATIGNY, ALBERT (1839-1873).
Ballade des Enfants sans souci.

HEREDIA, JOSE-MARIA DE (1842- ).
Antoine et Cleopatre.
Les Conquerants.

HERMANT, ABEL (1862- ).
L'Etoile.

HUGO, VICTOR-MARIE (1802-1885).
Les Djinns.
Attente.
Extase.
"Lorsque l'enfant parait".
"Dans l'alcove sombre".
Nouvelle chanson sur un vieil air.
Autre chanson.
"Puisqu'ici-bas toute ame".
Oceano nox.
Nuits de juin.
"La Tombe dit a la rose".
Tristesse d'Olympio.
"A quoi bon entendre".
Chanson. "Si vous n'avez rien a me dire".
"Quand nous habitions tous ensemble".
"O souvenirs! printemps! aurore!".
"Demain, des l'aube".
Veni, vidi, vixi.
Le Chant de ceux qui s'en vont sur mer.
Luna.
Le Chasseur noir.
Lux.
Ultima verba.
Chanson. "Proscrit, regarde les roses".
Exil.
Saison des semailles.
Un Hymne harmonieux.
Promenades dans les rochers.

LAFENESTRE, GEORGES (1837- ).
L'Ebauche.
Le Plongeur.

LAMARTINE, ALPHONSE MARIE-LOUIS DE (1790-1869).
Le Lac.
L'Automne.
Le Soir.
Le Vallon.
L'Isolement.
Le Crucifix.
Adieu a Graziella.
Les Preludes.
Hymne de l'enfant a son reveil.
Le Premier regret.
Stances.
Les Revolutions.

LAPRADE, PIERRE-MARIN-VICTOR RICHARD DE (1812-1883).
A un grand Arbre.
Beatrix.
Le Droit d'ainesse.

LECONTE DE LISLE, CHARLES-MARIE-RENE (1818-1894).
Les Montreurs.
Midi.
Nox.
L'Ecclesiaste.
La Verandah.
Les Elfes.
Les Elephants.
La Chute des Etoiles.
Mille ans apres.
Le Soir d'une bataille.
In Excelsis.
Requies.
Dans le ciel clair.
La Lampe du ciel.
"Si l'Aurore".
Le Manchy.
"Le frais matin dorait".
Tre fila d'oro.

LEMOYNE, CAMILLE-ANDRE (1822- ).
Chanson marine.
Un Fleuve a la mer.

MALHERBE, FRANCOIS DE (1555-1628).
Consolation a Monsieur du Perier.
Chanson. "Ils s'en vont, ces rois de ma vie".
Paraphrase du Psaume CXLV.

MAROT, CLEMENT (1496-1544).
Rondeau. "Au bon vieulx temps".

MAUPASSANT, HENRI-RENE-ALBERT-GUY DE (1850-1893).
Decouverte.
L'Oiseleur.

MILLEVOYE, CHARLES-HUBERT (1782-1816).
La Chute des feuilles.

MOREAU, HEGESIPPE (1810-1838).
La Fermiere.

MUSSET, LOUIS-CHARLES-ALFRED DE (1810-1857).
Au Lecteur.
Stances.
La Nuit de mai.
La Nuit de decembre.
Stances a la Malibran.
Chanson de Barberine.
Chanson de Fortunio.
Tristesse.
Rappelle-toi.
Souvenir.
Sur une Morte.
A M. Victor Hugo.
Adieu, Suzon.

NODIER, CHARLES-EMMANUEL (1780-1844).
La Jeune fille.
Le Buisson.

PARNY, EVARISTE-DESIRE DESFORGES DE (1753-1814).
Sur la Mort d'une jeune Fille.

RACINE, JEAN (1639-1699).
Choeur d'Esther.

REGNIER, MATHURIN (1573-1613).
Ode. "Jamais ne pourray-je bannir."

RONSARD, PIERRE DE (1524-1581).
A Cassandre.
Chanson. "Pour boire dessus l'herbe tendre."
Sonnet. A Helene.
Elegie. "Quand je suis vingt ou trente mois."
Dieu vous garde.
A un Aubespin.
Elegie contre les bucherons de la foret de Gastine.

ROUGET DE L'ISLE, CLAUDE-JOSEPH (1760-1836).
La Marseillaise.

ROUSSEAU, JEAN-BAPTISTE (1670-1741).
Ode a la Fortune.

SILVESTRE, PAUL-ARMAND (1837- ).
Le Pelerinage.

SULLY-PRUDHOMME, RENE-FRANCOIS-ARMAND (1839- ).
Les Chaines.
Le Vase brise.
A l'Hirondelle.
Ici-bas.
Intus.
Les Yeux.
L'Ideal.
Separation.
Qui peut dire.
Le Lever du soleil.
A un Desespere.
Les Danaides.
Un Songe.
Le Rendez-vous.
La Voie lactee Repentir.
Ce qui dure.
Les Infideles.
Les Amours terrestres.
L'Alphabet.
"Nous prosperons".
Le Complice.

THEURIET, ANDRE (1833- ).
Brunette.
Les Paysans.

TIERCELIN, LOUIS (1849- ).
Le Petit enfant.

VERLAINE, PAUL (1844-1896).
Colloque sentimental.
"Puisque l'aube grandit."
"La lune blanche."
"Il pleure dans mon coeur."
"Il faut, voyez-vous."
"Dans l'interminable."
"Ecoutez la chanson bien douce."
"Un grand sommeil noir."
"Le ciel est, par-dessus le toit."
"Je ne sais pourquoi."
"Vous voila, vous voila, pauvres bonnes pensees."
Art poetique.
Un Veuf parle.
Paraboles.

VIGNY, ALFRED-VICTOR, COMTE DE (1797-1863).
Le Cor.
La Bouteille a la mer.

VILLON, FRANCOIS (1431-14??).
Ballade des Dames du temps jadis.
Lay ou plustost Rondeau.
"Je connais tout fors que moi-meme."

INDEX OF FIRST LINES

Accoude sur le bastingage.
Adieu! mot qu'une larme humecte sur la levre.
Adieu, patrie.
Adieu, Suzon, ma rose blonde.
Ainsi, toujours pousses vers de nouveaux rivages.
A la tres chere, a la tres belle.
Allons, enfants de la patrie.
Amour a la fermiere! elle est.
Apres vingt ans d'exil, de cet exil impie.
A quoi bon entendre.
Au bon vieulx temps un train d'amour regnait.
Au bout du vieux canal plein de mats, juste en face.
Au tintement de l'eau dans les porphyres roux.
Au travers de la vitre blanche.
Aux etoiles j'ai dit un soir.
A vous, trouppe legere.
Avril est de retour.

Beau chevalier qui partez pour la guerre.
Bel aubespin verdissant.
Berger, tu dis que notre etoile.
Bleus ou noirs, tous aimes, tous beaux.
Bonne vieille, que fais-tu la.

Ce livre est toute ma jeunesse.
C'est la mort qui console, helas! et qui fait vivre.
C'est la saison des avalanches.
C'est le moment crepusculaire.
C'etait un vieux logis, dans une etroite rue.
Combien j'ai douce souvenance.
Comme un agonisant cache, les levres blanches.
Comme un marin hardi que la cloche aux flancs lourds.
Comme un morne exile, loin de ceux que j'aimais.
Comme un vol de gerfauts hors du charnier natal.
Courage, o faible enfant de qui ma solitude.
Couronnes de thym et de marjolaine.

Dans cette vie ou nous ne sommes.
Dans l'alcove sombre.
Dans le ciel clair raye par l'hirondelle alerte.
Dans les nuits d'automne, errant par la ville.
Dans le vieux parc solitaire et glace.
Dans l'interminable.De la depouille de nos bois.
De la musique avant toute chose.
Demain, des l'aube, a l'heure ou blanchit la campagne.
De ta tige detachee.
Deux ombres cheminaient dans une etroite allee.
Deux voix s'elevent tour a tour.
Dictes-moy ou, n'en quel pays.
Dieu fait triompher l'innocence.
Dieu ! qu'il la fait bon regarder.
Dieu vous gard, messagers fidelles.
Du temps que j'etais ecolier.

Ecoutez la chanson bien douce.
Elle etait belle, si la nuit.
Elle etait bien jolie, au matin, sans atours.
Enfants de la folie.
Enfants d'un jour, o nouveau-nes.
Escoute, bucheron, arreste un peu le bras.
Et j'ai dit dans mon coeur: "Que faire de la vie."

Fortune dont la main couronne.

Gloire au coeur temeraire epris de l'impossible.

He quoi! j'entends que l'on critique.
Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage.
Hier il m'a semble (sans doute j'etais ivre).
Homme, libre penseur! te crois-tu seul pensant.
Homme libre, toujours tu cheriras la mer.

Ici-bas tous les lilas meurent.
Il est amer et doux, pendant les nuits d'hiver.
Il est tard; l'astronome aux veilles obstinees.
Il est un air pour qui je donnerais.
Il etait un roi d'Yvetot.
Il faut, dans ce bas monde, aimer beaucoup de choses.
Il faut, voyez-vous, nous pardonner les choses.
Il git au fond de quelque armoire.
Il jouait, le petit enfant.
Il pleure dans mon coeur.
Ils s'en vont, ces rois de ma vie.
Ils vont pieds nus le plus souvent. L'hiver.

J'ai bien assez vecu, puisque dans mes douleurs.
J'ai bon coeur, je ne veux a nul etre aucun mal.
J'ai dans mon coeur un oiseau bleu.
J'ai deux grands boeufs dans mon etable.
J'ai longtemps habite sous de vastes portiques.
J'aimais froidement ma patrie.
J'aime le son du cor, le soir, au fond des bois.
J'ai perdu ma force et ma vie.
J'ai plus de souvenirs que si j'avais mille ans.
J'ai repose mon coeur avec tranquillite.
J'ai revele mon coeur au Dieu de l'innocence.
J'ai voulu ce matin te rapporter des roses.
J'ai voulu tout aimer, et je suis malheureux.
J'ai vu passer aux pays froids.
Jamais ne pourray-je bannir.
Je congnois bien mouches en laict.
Je ne devais pas vous le dire.
Je ne sais pourquoi.
J'entrais dans mes seize ans, leger de corps et d'ame.
Je sens un monde en moi de confuses pensees.
J'esperais bien pleurer, mais je croyais souffrir.
Je suis le Chaldeen par l'etoile conduit.
Je t'aime, en attendant mon eternelle epouse.
J'etais enfant. J'aimais les grands combats.
J'etais seul pres des flots, par une nuit d'etoiles.
Jete par le hasard sur un vieux globe infime.
Jeune homme, qui me viens lire tes plaintes vaines.
Jeune homme sans melancolie.
Je viens de faire un grand voyage.
Je vois un groupe sur la mer.

La-bas, sous les arbres, s'abrite.
La-bas, sur la mer, comme l'hirondelle.
La caravane humaine au Sahara du monde.
Laissez-moy penser a mon aise.
La lune blanche.
La lune est grande, le ciel clair.
L'apre rugissement de la mer pleine d'ombre.
La tombe dit a la rose.
L'aube nait et ta porte est close.
La victoire en chantant nous ouvre la barriere.
L'eau dans les grands lacs bleus.
L'ecclesiaste a dit : Un chien vivant vaut mieux.
Le choc avait ete tres rude. Les tribuns.
Le ciel est noir, la terre est blanche.
Le ciel est, par-dessus le toit.
Le fantome est venu de la trentieme annee.
Le frais matin dorait de sa clarte premiere.
Le grand soleil, plonge dans un royal ennui.
Le jour tombait, une pale nuee.
Le laboureur m'a dit en songe: "Fais ton pain."
L'epi naissant murit de la faux respecte.
Le present se fait vide et triste.
Le sable rouge est comme une mer sans limites.
Les champs n'etaient pas noirs, les cieux n'etaient pas mornes.
Les cieux inexorables.
Les deux soeurs etaient la, les bras entrelaces.
Les fourriers d'Este sont venus.
Les genets, doucement balances par la brise.
Le soir ramene le silence.
L'esprit calme des dieux habite dans les plantes.
L'ete, lorsque le jour a fui, de fleurs couvert.
Le temps a laissie son manteau.
Le vase ou meurt cette vervaine.
Le village s'eveille a la corne du patre.
L'homme a, pour payer sa rancon.
L'oiseleur Amour se promene.
Lorsque l'enfant parait, le cercle de famille.

Ma belle amie est morte.
Marchez! l'humanite ne vit pas d'une idee.
Mes volages humeurs, plus sterilles que belles
Midi, roi des etes, epandu sur la plaine.
Mieux que l'aigle chasseur, familier de la nue.
Mignonne, allons voir si la rose.
Mon ame a son secret, ma vie a son mystere.
Mon coeur, lasse de tout, meme de l'esperance.
Monte, ecureuil, monte au grand chene.
Morne esprit, autrefois amoureux de la lutte.
Mort, j'appelle de ta rigueur.
Murs, ville.

N'esperons plus, mon ame, aux promesses du monde.
Non, tu n'entendras pas, de ta levre trop fiere.
Nos yeux se sont croises et nous nous sommes plu.
Nous, dont la lampe, le matin.
Nous prosperons! Qu'importe aux anciens malheureux.
Nous revenions d'un long voyage.
Nouvelles ont couru en France.
Novembre approche,--et c'est le mois charmant.

O combien de marins, combien de capitaines.
O Corse a cheveux plats! que la France etait belle.
O France, quoique tu sommeilles.
Oh! tant qu'on le verra troner, ce gueux, ce prince.
On parlera de sa gloire.
O nuit, o douce nuit d'ete, qui viens a nous.
O pere qu'adore mon pere.
O souvenirs! printemps! aurore!
Oui, l'oeuvre sort plus belle.
O vallons paternels; doux champs; humble chaumiere.

Par la chaine d'or des etoiles vives.
Plaintive tourterelle.
Poete, prends ton luth et me donne un baiser.
Pour boire dessus l'herbe tendre.
Pourquoi cet amour insense.
Pour soulever un poids si lourd.
Proscrit, regarde les roses.
Puisqu'ici-has toute ame.
Puisque l'aube grandit, puisque voici l'aurore.

Quand au mouton belant la sombre boucherie.
Quand je suis vingt ou trente mois.
Quand les chenes, a chaque branche.
Quand le soleil se couche horizontal.
Quand nous habitions tous ensemble.
Quand un grand fleuve a fait trois ou quatre cents lieues.
Quand vous me montrez une rose.
Quand vous serez bien vieille, au soir, a la chandelle.
Que diras-tu ce soir, pauvre ame solitaire.
Que j'aime a voir dans la vallee.
Que le soleil est beau quand tout frais il se leve.
Qu'es-tu, passant? le bois est sombre.
Qui donc t'a pu creer, Sphinx etrange, o Nature!
Qui peut dire: Mes yeux ont oublie l'aurore?

Rappelle-toi, quand l'Aurore craintive.
Rougissante et tete baissee.

Salut, bois couronnes d'un reste de verdure.
Sans doute il est trop tard pour parler encor d'elle.
Si je pouvais voir, o patrie.
Si l'Aurore, toujours, de ses perles arrose.
S'il avait su quelle ame il a blessee.
S'il est un buisson quelque part.
S'il est un charmant gazon.
Si nostre vie est moins qu'une journee.
Si vous croyez que je vais dire.
Si vous n'avez rien a me dire.
Sois-moi fidele, o pauvre habit que j'aime.
Son age echappait a l'enfance.
Sous l'azur triomphal, au soleil qui flamboie.
Sous un nuage frais de claire mousseline.
Souvent sur la montagne, a l'ombre du vieux chene.
Soyez beni, Seigneur, qui m'avez fait chretien.
Sur la pente des monts les brises apaisees.
Sur la plage sonore ou la mer de Sorrente.
Sur le coteau, la-bas ou sont les tombes.
Sur ses larges bras etendus.

Ta douleur, du Perier, sera donc eternelle.
Tandis qu'a leurs oeuvres perverses.
Tel qu'un morne animal, meurtri, plein de poussiere.
Tels que la haute mer contre les durs rivages.
Temps futurs! visions sublimes!
Te voila fort et grand garcon.
Toi que j'ai recueilli sur sa bouche expirante.
Toi qui peux monter solitaire.
Tombez, o perles denouees.
Tous deux, ils regardaient, de la haute terrasse.
Toutes, portant l'amphore, une main sur la hanche.
Tout pres du lac filtre une source.
Triste exile, qu'il te souvienne.
Tu veux toi-meme ouvrir ta tombe.

Un aveugle au coin d'une borne.
Un grand sommeil noir.
Un hymne harmonieux sort des feuilles du tremble.
Un oiseau siffle dans les branches.
Un tourbillon d'ecume, au centre de la baie.

Vieux soldats de plomb que nous sommes.
Voici qu'avril est de retour.
Vous souvient-il de cette jeune amie.
Vous voila, vous voila, pauvres bonnes pensees.

Book of the day: