Full Text Archive logoFull Text Archive — Free Classic E-books

Bataille De Dames by Eugene Scribe and Ernest Legouve

Part 1 out of 5

Adobe PDF icon
Download this document as a .pdf
File size: 0.4 MB
What's this? light bulb idea Many people prefer to read off-line or to print out text and read from the real printed page. Others want to carry documents around with them on their mobile phones and read while they are on the move. We have created .pdf files of all out documents to accommodate all these groups of people. We recommend that you download .pdfs onto your mobile phone when it is connected to a WiFi connection for reading off-line.

Produced by Charles Aldarondo, Keren Vergon, Wilelmina Malliere and
PG Distributed Proofreaders

[Illustration: EUGENE SCRIBE]






"BATAILLE DE DAMES" bears on its title-page the names of two authors,
Scribe and Legouve; and as we can determine the nature of their
collaboration from internal evidence alone, it is necessary to examine
somewhat the works and characteristics of each.

Eugene Scribe[A] was the most prolific, probably the most popular, and
proportionally the most wealthy, playwright of French literary history.
He was born on Christmas Eve, 1791, and died on the 20th of February,
1861. He lost both parents in early years, and for a time pretended to
study law in Paris; but before he was twenty his dramatic vocation had
declared itself unmistakably, though his first comedy, "Les Dervis"
(1811), and indeed the dozen that followed it, were unmistakable
failures. His mind seemed to flow naturally into all the lighter forms
of drama, and at last, after five years, success crowned his
perseverance in "L'Auberge;" and "Une Nuit de la garde nationale" gave
him notoriety and even a sort of fame, just as the Restoration
inaugurated that period of social lassitude so favorable to the
recognition of his peculiar talent; for during his whole career he was
an amuser far more than an instructor. He took the vaudeville[B], as it
had been developed during the eighteenth century by Le Sage, Regnard,
Piron, Marmontel, and even J.-J. Rousseau, and gave it a body and a
living interest, till it became the _comedie-vaudeville_, and then,
discarding even the little snatches of song, the _couplets_ that still
marked its origin, spread its butterfly wings as the modern comedy of

Scribe's course was now an uninterrupted triumph. During the whole
Bourbon and Orleanist period he was first, with no second, in light
comedy. Beginning at the humble Theatre du Vaudeville and the Varietes,
he passed in 1820 to the newly founded Gymnase, for which he wrote one
hundred and fifty little pieces, of which the most significant are "La
Demoiselle a marier," "La Chanoinesse," "Le Colonel," "Zoe, ou l'amant
prete," and "Le Plus beau jour de ma vie," the last two familiar to us
as "The Loan of a Lover" and "The Happiest Day of My Life." Most of
these pieces were written in collaboration with various dramatists, of
whom the least forgotten are Saintine, Bayard, and Saint-Georges, men of
whom it is quite pardonable to be ignorant. It is, therefore, reasonable
to infer that the essential dramatic element in them is due to Scribe
alone; and indeed one sees that, while all are slight in conception,
they are all ingenious and amusing in intrigue.

In his more ambitious comedies Scribe at first preferred to work alone,
and here, too, he learned success by failure.[C] The new conditions,
social and political, that followed the Revolution of 1830, helped him
also; for new liberties admitted, and the new bourgeois plutocracy
invited, the good-humored persiflage in which he was an easy master. On
the other hand, he was hardly touched by the accompanying Romantic
movement in literature that was then convulsing the theatre-going public
with "Hernani" and "Antony." He cared much less for the critics than for
the box-office, and now transferred his work almost wholly to the
national Theatre Francais. Here were produced during the eighteen years
that separate "Bertrand et Raton" from "Bataille de dames" (1833-1851)
almost all his pieces that still hold the stage, notable among them "La
Camaraderie," the most popular of his political comedies, "Une Chaine,"
"Le Verre d'eau," "Adrienne Lecouvreur," and "Les Contes de la reine de
Navarre." The last two, the present comedy, and the somewhat later
"Doigts de fee" (1858), were written in collaboration with Legouve; and
as these are certainly his best plays, we may expect to find an element
in them that Scribe alone, or with other collaborators, could not
supply. But of this presently.

During all these years his inexhaustible fertility was pouring out a
stream of novels,[D] tales, farces, and librettos.[E] Everything that he
touched seemed to turn to gold in his hands. No dramatist, hardly any
writer of our time, has accumulated such wealth. His annual income from
copyrights often reached $30,000, and he died worth nearly half a
million. He might well take for his crest a pen and panpipes, and the
motto "_Inde fortuna et libertas_" for he passed the latter years of his
life in wealth and ease in the palatial country-seat of Serincourt, over
whose door he inscribed the characteristic lines:--

Le theatre a paye cet asile champetre
Vous qui passez, merci! Je vous le dois peut-etre.

But as he had gained easily he spent liberally, and many stories tell of
his ingenious and delicate generosity.

Scribe's popularity has become a tradition, and his works have proved a
veritable bonanza to the dramatic magpies of every nation in Europe; but
among the French critics of the past generation he has found a very
grudging recognition. It was with a tone of aristocratic superiority
that Villemain welcomed him to the French Academy with the words: "The
secret of your dramatic prosperity is that you have happily seized the
spirit of your age and produced the kind of comedy to which it best
adapts itself, and which most resembles it." In the same tone Lanson
says that Scribe "offers to the middle class exactly the pleasure and
the ideal that it demands. It recognizes itself in his pieces, where
nothing taxes the intellect." Dumas _fils_ goes even further, and
compares him to the sleight-of-hand performer with his trick-cups and
thimble-rings, in whose performance one finds "neither an idea nor a
reflection, nor an enthusiasm, nor a hope, nor a remorse, nor disgust,
nor pleasure. One looked, listened, was puzzled, laughed, wept, passed
the evening, was amused. That was much, but one learned nothing at all."

These critics, and others too, fail to find in Scribe more than an
ingenious artisan, a purveyor to the public taste, and sometimes a
panderer to it. He has indeed no trace of the lofty purpose that
permeates the whole dramatic work of Dumas _fils_ and Augier, and
little careful study either of character or of manners. His style, too,
though almost always light and lively, is often slovenly and incorrect.
His mastery lies elsewhere, in his perfect command of the resources of
the stage, which he managed as no dramatist before or since has done,
except perhaps his spiritual child, Sardou, and also in his marvellously
dexterous handling of intrigue. All this is admirably shown in "Bataille
de dames;" but there is something more and better here, and that
something is due to Legouve, whose unaided talent sufficed to produce no
work of enduring quality.

Ernest Legouve was born in February, 1807, and died in 1903 as the
_doyen_, or senior member, of the French Academy. Except for the plays
that have been named, he owed his success less to his novels, dramas, or
poems, than to his patriotic activity and to journalistic work, aided by
most amiable social qualities, and a delicate, almost feminine
psychological observation,[F] with which he inspired the lively but
unspiritualized creations of Scribe. In the marriage of true minds that
produced the "Bataille de dames" and those other plays, his was the
feminine part. The working up of the dramatic conception, the contrast
of political and social antagonisms, the "characters," if we may call
them so, of Henri and Montrichard, the farcical caricature of De
Grignon, these are all Scribe's, and they make up the skeleton, perhaps
even the flesh and blood, of the comedy: but its spirit, its soul, lies
in the delicate touches that give a sympathetic charm to the conquest of
De Grignon's timidity by his love; it lies in the gracious magnanimity
of the countess, who has read her niece's heart long before Leonie knows
her own, who follows with a generous jealousy every phase of her
passion, and yet guards her own loyalty to her niece in the true spirit
of _noblesse oblige_, even while she sees that that loyalty is costing
her own happiness. But most of all the soul of this little play is in
that triumph of simple girlish _naivete_, Leonie, so true, so artless,
disarming all rivalry, and winning every spectator's heart, as she all
but loses and then gains her lover's. These traits are Legouve's. They
are not qualities that will stand on the stage alone. They need the
setting of Scribe's stage-craft, the facile ingenuity of his intrigue,
to give them corporeal reality. Hence Legouve's other dramas were
unsuccessful, while the four in which he joined with Scribe are among
the best of their generation. Each author gave to the common stock what
the other lacked and needed. The one gave fertile invention, lively wit,
and technical skill, the other gave delicacy, instinct, and charm. Each
was the better for the other's partnership; and perhaps no child of
their communion is more fascinating to gentle hearts, or will bear
better to be read and re-read, seen and seen again, than this "Bataille
de dames."



[Footnote A: Criticism of Scribe may be found in Brunetiere's "Epoques
du theatre francais;" Weiss, "Le Theatre et les moeurs;" Matthews,
"French Dramatists," p.78; Wells, "Modern French Literature," p. 353.
Lanson, "Litterature francaise," p.966, is perhaps unduly harsh. For
contemporary criticism of Scribe see Sainte-Beuve, "Portraits
contemporains," ii., 91 and 589.]

[Footnote B: It originated in Italy as a pantomime with songs, which in
seventeenth-century France became what we now call "topical." It is of
this that Boileau says, "_Le francais, ne malin, forma le vaudeville._"
Later the pantomime yielded gradually to dialogue, and the vaudeville
was tending to farcical opera when Scribe gave it a new direction.]

[Footnote C: "Valerie" (1822) and "Le Mariage d'argent" (1827), both at
the Theatre Francais.]

[Footnote D: For the serial publication of one of these, "Piquillo
Alliago," he received from _Le Siecle_ $12,000.]

[Footnote E: Among them "La Juive," "Fra diavolo," "Robert le diable,"
"Les Huguenots," "Le Prophete."]

[Footnote F: Manifested most clearly in his "Histoire morale des






First represented at the Theatre Francais in 1851.









_La scene se passe au chateau d'Autreval pres de Lyon, en octobre,



Le theatre represente un salon d'ete[1] elegant.--Deux portes laterales
sur le premier plan.[2]--Cheminee au plan de gauche.--Une porte au
fond.--Gueridon a gauche.--Petite table et canape a droite.


_Au lever du rideau_, CHARLES, _en livree elegante et tenant a la main
des lettres et des journaux, est debout devant un chevalet place a
gauche du public_. LEONIE, _entre par la porte du fond_.

CHARLES, _regardant le tableau pose sur le chevalet_. C'est charmant!...
charmant!... une finesse! une grace!...

LEONIE, _qui vient d'entrer, apercevant Charles_. Qu'est-ce que
j'entends?... (_Apres un instant de silence et d'un ton severe_.)
Charles!... Charles!

CHARLES, _se retournant brusquement et s'inclinant_. Mademoiselle!

LEONIE. Que faites-vous la?

CHARLES. Pardonnez-moi, mademoiselle, je regardais le portrait de
madame[3] votre tante, notre maitresse ... car je l'ai reconnu tout de
suite ... tant il est ressemblant!

LEONIE. Qui vous demande votre avis? Les lettres? les journaux?

CHARLES. Je suis alle ce matin a Lyon a la place du cocher, qui n'en
avait pas le temps, et j'ai rapporte des lettres pour tout le monde.
Pour mademoiselle, d'abord!

LEONIE, _vivement_. Donnez!... (_Poussant un cri_.) Ah!... de Paris!...
d'Hortense ... mon amie d'enfance!... (_Parcourant la lettre_.) Chere
Hortense!... elle s'inquiete des "troubles de Lyon!... des complots qui
nous environnent. Quant a la cour ... il est difficile que cela aille
bien ... en l'an de grace 1817, sous un roi qui fait des vers latins et
qui ne donne jamais de bal."[4] (_S'interrompant_.) Elle me demande: _Si
je me marie_ ... Ah bien oui![5] ... est-ce qu'on a le temps de songer a
cela!... Les jeunes gens s'occupent de politique et non pas de

CHARLES. Deux lettres pour madame.... (_Lisant l'adresse_.) "Madame la
comtesse d'Autreval, nee Kermadio[6] ..." (_Haut_.) et timbree d'Auray,
pleine Vendee[7] ... (_Leonie regarde Charles en froncant le sourcil_.)
C'est tout simple!... une excellente royaliste comme madame!

LEONIE. Encore!...

CHARLES, _posant d'autres lettres sur la table_. Celles-ci pour le frere
de madame la comtesse ... et pour monsieur Gustave de Grignon ... ce
jeune maitre des requetes[8] ... qui est ici depuis huit jours.

LEONIE, _avec humeur_.[9] Il suffit ... Les journaux?

CHARLES, _les presentant_. Les voici!

LEONIE. Dans un joli etat.

CHARLES. C'est que le cocher et la femme de chambre voulaient les lire
avant madame et mademoiselle, ce qui est leur manquer de respect ... et
je me suis oppose....

LEONIE, _l'interrompant_. C'est bien! je ne vous en demande pas tant.

CHARLES. Je ne croyais pas que mademoiselle me blamerait de mon zele....

LEONIE, _sechement_. Ce qui souvent deplait le plus, c'est l'exces de

CHARLES, _souriant_. Comme disait monsieur de Talleyrand.[10]

LEONIE, _se retournant avec etonnement_. Voila qui est trop fort! et si
monsieur Charles se permet....



LA COMTESSE. Quoi donc?... qu'y a-t-il, ma chere Leonie?

LEONIE. Ce qu'il y a, ma tante! ce qu'il y a?... monsieur Charles qui
cite monsieur de Talleyrand!

LA COMTESSE, _souriant_. Un homme qui a porte malheur a tous ceux qu'il
a servis![11] ... mauvaise recommandation pour un domestique....
Rassure-toi ... Charles aura lu cela quelque part ... sans

CHARLES, _s'inclinant respectueusement_. Oui, madame, et je ne pensais
pas que cela offusquat[12] mademoiselle.

LEONIE. _Offusquat_ ... un subjonctif a present....

LA COMTESSE, _a Charles, qui veut s'excuser._ Pas un mot de plus!...
vous parlez trop.... Je connais vos bonnes qualites, votre devouement
pour moi ... mais vous oubliez trop souvent votre situation; ne me
forcez pas a vous la rappeler. Votre place, d'ailleurs, n'est pas
ici!... je vous ai pris uniquement pour soigner les jeunes chevaux de
mon frere ... allez a votre service.... (_Charles la salue
respectueusement, lui remet les deux lettres qui sont a son adresse et
sort par la porte du fond._)



LA COMTESSE, _tout en decachetant ses lettres._ Jusqu'a monsieur
Charles, jusqu'aux domestiques qui veulent se donner de
l'importance![13] ...

LEONIE. Oh! mais ... une importance dont vous n'avez pas d'idee....

LA COMTESSE, _ouvrant une des lettres._ En verite ... dis-moi donc
cela.... (_Vivement._) Non, non ... tout a l'heure![14] ... laisse-moi
d'abord parcourir mon courrier.[15]

LEONIE. C'est trop juste! je viens de lire le mien.... (_La comtesse, a
droite du spectateur, lit avec emotion et a part sa lettre qu'elle vient
de decacheter, tandis que Leonie, pres de la table a gauche, parcourt
les journaux._)

LA COMTESSE. C'est d'elle!... Pauvre amie!... comme elle tremblait en
ecrivant! "Ma chere Cecile, soyez benie mille fois! Je reprends espoir
depuis que je sais mon fils aupres de vous. Votre chateau, situe a deux
lieues de la frontiere, lui permet d'attendre sans danger l'issue de ce
proces fatal ... et d'ailleurs, qui pourrait soupconner que le chateau
de la comtesse d'Autreval recele un homme accuse de conspiration contre
le roi? Du reste, que vos opinions politiques se rassurent...."
(_S'interrompant._) Est-ce que mon coeur a des opinions politiques?...
(_Reprenant._) "Henri n'est pas coupable; un malheureux coup de tete[16]
qu'il vous racontera lui a seul donne une apparence de conspirateur;
mais cette apparence suffirait mille fois pour le perdre, s'il etait
pris. D'un autre cote, l'on assure qu'on ne veut pas pousser plus loin
les rigueurs, et l'on dit, mais est-ce vrai? que le marechal commandant
la division vient de partir pour Lyon avec une mission de clemence...."

LEONIE, _a droite, poussant un cri._ Ah! qu'est-ce que je lis!

LA COMTESSE. Qu'est-ce donc?

LEONIE, _montrant le journal._ Encore une condamnation a mort!

LA COMTESSE. Ah! Mon dieu![17]

LEONIE. "Le conseil de guerre, seant a Lyon, a condamne hier le
principal chef du complot bonapartiste, monsieur Henri de Flavigneul, un
jeune homme de vingt-cinq ans!"

LA COMTESSE. Qui heureusement s'est evade avec l'aide de quelques amis,
m'a-t-on dit.

LEONIE. Oui! oui!... je me rappelle maintenant ... cette evasion qui
excitait l'enthousiasme de monsieur Gustave de Grignon.

LA COMTESSE. Notre jeune maitre des requetes.

LEONIE. Il n'avait qu'un regret, c'est de n'avoir pas ete charge d'une
pareille expedition; c'est beau!... c'est brave!...

LA COMTESSE. Il a de qui tenir![18] Sa mere, qui avait comme moi
traverse toutes les guerres de la Vendee,[19] sa mere avait un courage
de lion!

LEONIE. C'est pour cela que monsieur de Grignon parle toujours, a table,
d'actions heroiques.

LA COMTESSE. Et le curieux, c'est que son pere etait, dit-on, peureux
comme un lievre!

LEONIE. Vraiment?... c'est peut-etre pour cela que l'autre jour il est
devenu tout pale quand la barque a manque chavirer[20] sur la piece

LA COMTESSE, _riant._ A merveille!... vous allez voir qu'il est a la
fois brave et poltron!

LEONIE. Je le lui demanderai.

LA COMTESSE. Y penses-tu?

LEONIE. Aujourd'hui, en dansant avec lui, car nous avons un bal et un
concert pour votre fete[21] ... et j'ai deja pense a votre coiffure, un
azalea superbe que j'ai vu dans la serre et qui vous ira[22] a

LA COMTESSE. Coquette pour ton compte ... je le concevrais! mais pour ta

LEONIE. C'est tout naturel!... vous c'est moi! tellement que quand on
fait votre eloge, ce qui arrive souvent, je suis tentee de remercier....
(_Se mettant a genoux pres du canape a droite ou est assise la
comtesse._) Aussi jugez de ma joie, quand ma mere m'a permis de venir
passer un mois ici, aupres de vous.... Il me semblait que rien qu'en
vous regardant, j'allais devenir parfaite.... Vous souriez ... est-ce
que j'ai mal parle?...

LA COMTESSE. Non, chere fille, car c'est ton coeur qui parle.... Si je
souris, c'est de tes illusions! c'est de ta candeur a me dire: Je vous

LEONIE. C'est si vrai! A la maison l'on me raille parfois et l'on
repete sans cesse: Oh! quand Leonie a dit.... _Ma tante_, elle a tout
dit! On a raison ... la mode que vous adoptez, la robe que je vous[23]
vois, me semblent toujours plus belles qu'aucune autre.... On dit meme,
vous ne savez pas, ma tante? on dit que j'imite votre demarche et vos
gestes ... c'est bien sans le savoir. Et quand vous m'embrassez en
m'appelant: Ma chere fille! je suis presque aussi heureuse que si
j'entendais ma mere!

LA COMTESSE, _l'embrassant._ Prends garde!... prends garde ... il ne
faut pas me gater ainsi ... j'aurai trop de chagrin de te voir
partir.... Ce sera ma jeunesse qui s'en ira!

LEONIE. Mais vous etes tres jeune, a vous toute seule,[24] ma tante!

LA COMTESSE. Certainement ... d'une jeunesse de ... Voyons? devine un
peu le chiffre....

LEONIE. Je ne m'y connais pas,[25] ma tante!

LA COMTESSE. Je vais t'aider.... Trente....

LEONIE. Trente....

LA COMTESSE. Allons, un effort....

LEONIE. Trente et un.

LA COMTESSE. On ne peut pas etre plus modeste![26] ... J'acheverai donc
... trente-trois! Oui, chere fille, trente-trois ans! L'annee prochaine,
je n'en aurai peut-etre plus que trente-deux ... mais maintenant ...
voila mon chiffre! Hein!... quelle vieille tante tu as la....

LEONIE. Vieille!... chaque matin je ne forme qu'un voeu, c'est de vous

LA COMTESSE. Ce que tu dis la n'a pas le sens commun; mais c'est egal,
cela me fait plaisir.... Eh bien! voyons, mon eleve, car j'ai promis a
ta mere de te faire travailler ... as-tu dessine ce matin?

LEONIE. J'etais descendue pour cela dans ce salon, et devinez qui j'ai
trouve tout a l'heure devant mon chevalet, et regardant votre

LA COMTESSE. Qui donc?...

LEONIE. Monsieur Charles.

LA COMTESSE. Eh bien?...

LEONIE. Eh bien! ma tante, figurez-vous qu'il disait: C'est charmant!

LA COMTESSE. Et cela t'a rendue furieuse!...

LEONIE. Certainement!... Un domestique! est-ce qu'il doit savoir si un
dessin est joli ou non?...

LA COMTESSE, _riant._ Oh! petite marquise![27]

LEONIE. Ce n'est pas tout! croiriez-vous, ma tante, qu'il chante?

LA COMTESSE. Eh bien! s'il est gai,[28] ce garcon!... Est-ce que Dieu ne
lui a pas permis de chanter comme a toi!

LEONIE. Mais ... c'est qu'il chante tres bien! voila ce qui me revolte!

LA COMTESSE. Ah!... ah!... conte-moi donc cela!

LEONIE. Hier, je me promenais dans le parc. En arrivant derriere la haie
du bois des Chevreuils, j'entends une voix qui chantait les premieres
mesures d'un air de Cimarosa,[29] mais une voix charmante, une methode
pleine de gout.... Je m'approche ... c'etait monsieur Charles!

LA COMTESSE. En verite!

LEONIE, _avec depit._ Vous riez, ma tante; eh bien! moi, cela m'indigne
... je ne sais pas pourquoi, mais cela m'indigne! Comment
distinguera-t-on un homme bien ne[30] d'un valet de chambre, s'ils sont
tous deux elegants de figure, de manieres ... car, remarquez, ma tante,
qu'il est tout a fait bien de sa personne,[31] et lorsqu'a table il vous
sert, qu'il vous offre un fruit, c'est avec un choix de termes, un
accent de bonne compagnie[32] qui me mettent hors de moi[33] ... parce
qu'il y a de l'impertinence a lui a s'exprimer aussi bien que ses
maitres! cela nous deconsidere,[34] cela nous.... (_Avec impatience._)
Enfin, ma tante, je ne sais comment vous exprimer ce que je ressens,
mais moi, qui suis bienveillante pour tout le monde, j'eprouve pour cet
insolent valet une antipathie qui va jusqu'a l'aversion, et si j'etais
maitresse ici, bien certainement il n'y resterait pas!

LA COMTESSE, _gaiement._ La ... la ... calmons-nous! avant de le
chasser, il faut permettre qu'il s'explique, ce garcon.... (_Elle

LEONIE. Est-ce pour lui que vous-sonnez, ma tante?

LA COMTESSE. Precisement!... (_A un domestique qui entre._) Charles
est-il la?

LE DOMESTIQUE. Oui, madame la comtesse.

LA COMTESSE. Qu'il vienne!... (_Le domestique sort._)

LEONIE. Mais ma tante ... qu'allez-vous lui dire?

LA COMTESSE. Sois tranquille!

LEONIE. Te ne voudrais pas qu'il crut que c'est a cause de moi que vous
le grondez!

LA COMTESSE, _gaiement._ Pourquoi donc? ne trouves-tu pas qu'il t'a
manque de respect?...



CHARLES. Madame, m'a appele?...

LA COMTESSE. Oui. Approchez-vous, Charles; vous me forcerez donc
toujours a vous adresser des reproches. Pourquoi vous etes-vous permis...

LEONIE, _bas a la comtesse._ Il ne savait pas que j'etais la[35] ...

LA COMTESSE, _a Leonie._ N'importe!... (_A Charles._) Pourquoi vous
etes-vous permis de vous approcher de mon portrait, du dessin de ma
niece, et de dire ... qu'il etait charmant....

CHARLES. J'ai dit qu'il etait ressemblant, madame la comtesse.

LA COMTESSE. C'est precisement ce mot qui est de trop: approuver c'est
juger; et on n'a le droit de juger que ses egaux.

CHARLES. Je demande pardon a mademoiselle de l'avoir offensee ... a
l'avenir, je ne ferai plus que penser ce que j'ai dit.

LA COMTESSE. C'est bien....

LEONIE, _a part._ Du tout,[36] c'est mal! voila encore une de ces
reponses qui m'exasperent....

LA COMTESSE, _a Charles._ Avez-vous prepare la petite ponette de mon
frere, comme je vous l'avais dit?

CHARLES. Oui, madame.

LA COMTESSE. Eh bien! ma chere Leonie, le temps est beau, va mettre ton
habit de cheval, et tu essaieras la ponette dans le parc.

LEONIE. Avec vous, chere tante?...

LA COMTESSE. Non, avec mon frere ... et Charles vous suivra.

LEONIE. Mais ...

LA COMTESSE. Il est fort habile cavalier, et son habilete rassure ma
tendresse pour toi!

LEONIE. J'y vais, chere tante.... (_En s'en allant._) Ah! je le


LA COMTESSE, HENRI, _sous le nom de Charles._

LA COMTESSE. Eh bien! mechant enfant,[38] vous ne serez donc jamais

HENRI. Grondez-moi, vous grondez si bien!

LA COMTESSE. Vous ne me desarmerez pas par vos cajoleries! Vous exposer
sans cesse a etre decouvert ou par Leonie ou meme par un de mes gens ...
aller chanter un air de Cimarosa dans le parc; et le bien chanter

HENRI. Ce n'est pas ma faute; je me rappelais toutes vos inflexions.

LA COMTESSE. Taisez-vous!... vos flatteries me sont insupportables ...
ingrat!... je ne vous parle pas seulement pour moi qui vous aime en
soeur ... mais pour votre pauvre mere....

HENRI. Vous avez raison!... voyons, que dois-je faire?

LA COMTESSE. D'abord, repondre quand j'appelle Charles ... et ne pas
dire: quoi? quand quelqu'un dit Henri.

HENRI. La verite est que je n'y manque jamais.

LA COMTESSE. Puis, ne plus vous extasier devant les dessins de ma niece,
et ne pas repondre comme tout a l'heure: Je ne ferai plus que penser ce
que j'ai dit! Hypocrite!... il[39] ne peut pas se decider a ne pas etre
charmant. Enfin, ne pas vous exposer, comme vous l'avez fait ce matin
encore, malgre ma defense, en allant a Lyon. Mais, malheureux enfant!
vous ne savez donc pas qu'il s'agit de vos jours?[40]

HENRI, _gaiement._ Bah!

LA COMTESSE. Tout est a craindre depuis l'arrivee du baron de

HENRI. Le baron de Montrichard!

LA COMTESSE. Oui ... le nouveau prefet ... il a la finesse d'une femme,
il est ruse comme un diplomate, et avec cela actif, perseverant ... et
pensez que c'est a moi peut-etre qu'il doit sa nomination!

HENRI. Vous, comtesse? vous avez fait nommer un homme comme lui, devoue
pendant vingt ans, corps et ame, au Consulat et a l'Empire?[41]

LA COMTESSE. C'est pour cela! il est toujours devoue corps et ame a tous
les gouvernements etablis, et il les sert d'autant mieux qu'il veut
faire oublier les services rendus a leurs predecesseurs ... aussi
va-t-il vouloir signaler son installation par quelque action d'eclat.

HENRI. C'est a dire en faisant fusiller deux ou trois, pauvres diables
qui n'en pensent mais[42] ...

LA COMTESSE. Non, il n'est pas cruel: au contraire! je sais meme qu'il
avait demande une amnistie generale; mais l'idee de decouvrir un chef de
conspirateurs va le mettre en verve![43] il deploiera contre vous les
ressources de son esprit ... votre signalement sera partout ... je le
sais ... le premier soldat pourrait vous reconnaitre.

HENRI. Eh bien! vous l'avouerai-je? il y a dans ces perils, dans cette
vie de conspirateur poursuivi ... je ne sais quoi qui m'amuse comme un
roman! rien ne me divertit autant que d'entendre prononcer mon nom dans
les marches, que d'acheter aux crieurs des rues[44] ma condamnation, que
d'interroger un gendarme qui pourrait me mettre la main sur le collet
... et de lui parler de moi.--Eh bien! monsieur le gendarme, ce Henri
de Flavigneul, est-ce qu'il n'est pas encore pris?--Non, vraiment, c'est
un enrage qui tient a la vie, a ce qu'il parait. Dites-moi donc un peu
son signalement, si vous l'avez?

LA COMTESSE. Mais vous me faites fremir!... Oh! les hommes! toujours les
memes!... n'ayant jamais que leur vanite en tete; vanite de courage ou
vanite d'esprit. Eh bien! tenez, pour vous punir, ou pour vous enchanter
peut-etre ... qui sait?... voyez cette lettre de votre mere ... savourez
les traces de larmes qui la couvrent ... dites-vous que si vous etiez
condamne, elle mourrait de votre mort ... ajoutez que si je vous voyais
arrete chez moi, je croirais presque etre la cause de votre perte et que
j'aurais tout a la fois le desespoir du regret et le desespoir du
remords ... allons, retracez-vous bien toutes ces douleurs ... c'est du
dramatique aussi, cela ... c'est amusant comme un roman. Ah! vous n'avez
pas de coeur!

HENRI. Pardon!... pardon!... j'ai tort!... oui, quand notre existence
inspire de telles sympathies, elle doit nous etre sacree: je me
defendrai ... je veillerai sur moi ... pour ma mere ... et pour ...
(_Lui prenant la main._) et pour ma soeur![45]

LA COMTESSE. A la bonne heure![46] voila un mot qui efface un peu vos
torts. Pensons donc a votre salut ... cher frere ... et pour que je
puisse agir, racontez-moi en detail ce coup de tete, dont me parle votre
mere et qui vous a change, malgre vous, en conspirateur.

HENRI. Le voici. Vous le savez, ma famille etait attachee, comme la
votre, a la monarchie, et mon pere refusa de paraitre a la cour de

LA COMTESSE. Oui; il avait la manie de la fidelite, comme moi!

HENRI. Mais le jour ou j'eus quinze ans: "Mon fils, me dit-il, j'avais
prete serment au roi, j'ai du le tenir et rester inactif. Toi, tu es
libre, un homme doit ses services a son pays; tu entreras a seize ans a
l'ecole militaire, et a dix-huit dans l'armee." Je repondis en
m'engageant le lendemain comme soldat et je fis la campagne de Russie et
d'Allemagne.[47] C'est vous dire mon peu de sympathie pour le
gouvernement que vous aimez ... et cependant, je vous le jure, je n'ai
jamais conspire ... et je ne conspirerai jamais! parce que j'ai horreur
de la guerre civile, et que, quand un Francais tire sur un Francais,
c'est au coeur de la France elle-meme qu'il frappe! Il y a un mois
pourtant, au moment ou venait d'eclater la conspiration du capitaine
Ledoux,[48] j'entre un matin a Lyon; je vois range sur la place
Bellecour un peloton d'infanterie, et avant que j'aie pu demander quelle
execution s'appretait ... arrive une voiture de place[49] suivie de
carabiniers a cheval; j'en vois descendre, entre deux soldats, un
vieillard en cheveux blancs, en grand uniforme, et je reconnais ...
qui?... mon ancien general! Le brave comte Lambert,[50] qui a recu vingt
blessures au service de notre pays! Je m'elance, croyant qu'on
l'amenait sur cette place pour le fusiller! non! c'etait pis encore ...
pour le degrader!... Le degrader!... Etait-il coupable? je l'ignore ...
mais quelque crime politique qu'ait commis un brave soldat, on ne le
degrade pas, on le tue!... Aussi, quand je vis un jeune commandant
arracher a ce vieillard sa decoration,[51] je ne me connus plus
moi-meme, je m'elancai vers mon ancien general, et, lui remettant la
croix que j'avais recue de sa main, je m'ecriai: Vive l'Empereur!

LA COMTESSE. Malheureux!

HENRI. Ce qui arriva, vous le devinez; saisi, arrete comme un chef de
conspiration, je serais encore en prison, ou plutot je n'y serais
plus,[52] si un des geoliers, gagne par vous, ne m'avait donne les
moyens de fuir, ici ... chez une royaliste, mon ennemie, ici, ou j'ai le
double bonheur d'etre sauve, et d'etre sauve par vous. Voila mon crime!

LA COMTESSE. Dites votre gloire, Henri; j'etais bien resolue ce matin a
vous sauver, mais maintenant ... qu'ils viennent vous chercher aupres de


LES PRECEDENTS, LEONIE, _en habit de cheval._

LEONIE. Me voici, ma tante. Suis-je bien?[53]

LA COMTESSE, _l'ajustant._ Tres bien, chere enfant; ta cravate[54] un
peu moins haute.... (_A Henri._) Charles, allez voir si mon frere est
pret!... (_Henri sort. A Leonie, tout en l'ajustant_) Qui t'a donne
cette belle rose?

LEONIE. Monsieur de Grignon!

LA COMTESSE. Je ne l'ai pas encore vu d'aujourd'hui, notre cher hote.

LEONIE. Il monte ... je l'ai laisse au bas du perron, admirant le cheval
de mon oncle!



DE GRIGNON, _au fond._ Quel bel animal! quel feu! quelle vigueur! qu'on
doit etre heureux de se sentir emporte sur cet ouragan vivant!

LA COMTESSE, _qui l'entend._ Le curieux! c'est qu'il le croit![55]

DE GRIGNON, _descendant la scene et apercevant la comtesse et Leonie
qu'il salue._ Ah! mademoiselle!... Madame la comtesse!...

LA COMTESSE. Bonjour, mon hote!... Ah! ca,[56] vous aurez donc toujours
la manie de l'heroisme! je vous entendais la, tout a l'heure, vous
extasier sur le bonheur de s'elancer sur un cheval indompte. Je parie
que vous regrettez de n'avoir pas monte Bucephale.[57]

DE GRIGNON, _avec enthousiasme._ Vous dites vrai, madame! c'est si beau
... c'est ... si ... oh!...

LA COMTESSE. Vous ne trouvez pas le second adjectif ... je vais vous
rendre le service de vous interrompre; tenez, il y a la des journaux et
des lettres!

DE GRIGNON. Pour moi?

LA COMTESSE. Oui, la ... sur la table.



HENRI. Monsieur de Kermadio est aux ordres de mademoiselle....

LA COMTESSE, _a Leonie._ Je vais te mettre a cheval..... (_A de Grignon,
qui va pour la suivre._) Lisez votre lettre, lisez, je remonte a
l'instant. Viens, Leonie.... (_Elles sortent suivies par Henri._)


DE GRIGNON, _seul. Il la suit des yeux._

Quel est le mauvais, genie qui m'a mis au coeur une passion insensee
pour cette femme?... une femme qui a ete heroique en Vendee, une femme
qui adore le courage! Aussi, pour lui plaire, il n'est pas d'action
intrepide que je ne reve ... pas de peril auquel je ne m'expose ... en
imagination! Des que je pense a elle, rien ne m'effraie ... je me crois
un heros ... moi! un maitre des requetes, qui par etat[58] n'y suis pas
oblige; et quand je dis un heros ... c'est que je le suis ... en
theorie! Par malheur, il n'en est pas tout a fait de meme dans la
pratique.... C'est inconcevable! c'est inoui! il y a la un mystere qui
ne peut s'expliquer que par des raisons de naissance! C'est dans le
sang! Je tiens[59] a la fois de ma mere, qui etait le courage en
personne, et de mon pere, qui etait la prudence meme! Les imbeciles me
diront a cela: Eh bien! monsieur, restez toujours le fils de votre
pere: n'approchez pas du danger.... (_Avec colere._) Mais, est-ce que je
le peux, monsieur? est-ce que ma mere me le permet, monsieur? Est-ce
que, s'il pointe[60] a l'horizon quelque occasion d'heroisme, le maudit
demon maternel qui s'agite en moi ne precipite pas ma langue a des
paroles compromettantes? Est-ce que ma moitie heroique ne s'offre pas,
ne s'engage pas? Comme tout a l'heure, a la vue de ce beau cheval
fougueux et ecumant que je brulais d'enfourcher ... parce qu'un autre
etait dessus; et si l'on m'avait dit; montez-le!... alors, mon autre
moitie, ma moitie paternelle, l'aurait emporte,[61] et adieu ma
reputation!... Ah! c'est affreux! c'est affreux! etre brave ... et
nerveux! et penser que pour comble de maux, me voila amoureux fou d'une
femme dont la vue m'anime ... m'exalte! Elle me fera faire quelque
exploit, quelque sottise, j'en suis sur. Jusqu'a present je m'en suis
assez bien tire. Je n'ai eu a depenser que des paroles ... mais cela ne
durera peut-etre pas ... et alors ... repousse, meprise par elle....
(_Avec resolution._) Il n'y a qu'un moyen d'en sortir! c'est de
l'epouser! Une fois marie, j'ai le droit d'etre prudent avec honneur!
Que dis-je? le droit! c'est un devoir ... un pere de famille se doit a
sa femme et a ses enfants. Un bonapartiste insulte le roi devant moi ...
je ne peux pas le provoquer[62] ... je suis pere de famille! Qu'il
arrive une inondation, un incendie, une peste, je me sauve ... je suis
pere de famille! Il faut donc se hater d'etre pere de famille le plus
tot possible!... (_Se mettant a la table a gauche et ecrivant._) Et pour
cela, risquons ma declaration bien chaude, bien brulante ... comme je la
sens. Placons-la ici ... sous ce miroir; elle la lira ... et esperons!


DE GRIGNON, LA COMTESSE, _soutenant_ LEONIE, _et entrant avec elle par
le fond._

LA COMTESSE, _dans la coulisse._ Louis! Joseph!

DE GRIGNON. Elle appelle.... (_Il va au fond au moment ou la comtesse
entre, et l'aide a soutenir Leonie qu'ils placent tous les deux sur le
canape a droite._)

DE GRIGNON. Qu'y a-t-il donc?

LA COMTESSE. Un accident; mais elle commence a reprendre ses sens.

DE GRIGNON. Elle n'est pas blessee?

LA COMTESSE. Non, grace au ciel, mais je crains que la secousse,
l'emotion.... Sonnez donc, mon ami, je vous prie....

DE GRIGNON. Que desirez-vous?

LA COMTESSE. Qu'on aille a l'instant a Saint-Andeol chercher le medecin.

DE GRIGNON. J'y vais moi-meme et je le ramene.

LA COMTESSE. J'accepte; vous etes bon!

DE GRIGNON, _a part._ J'aime autant[63] ne pas etre la quand elle lira
mon billet.... (_Haut._) Je pars et je reviens.... (_Il sort._)



LEONIE, _encore sans connaissance._ Ma tante!... ma tante!... si vous
saviez ... je n'y puis croire encore.... J'etais si en colere ... c'est
a dire, si ingrate! ce pauvre jeune homme a qui je dois la vie!

LA COMTESSE. Qu'est-ce que cela signifie?

LEONIE, _revenant a elle._ C'est une aventure si etonnante ... ou plutot
... si heureuse! Imaginez-vous ma tante, que Charles ... (_Se
reprenant._) non, monsieur Henri ... non ... je disais bien! Charles ...
ce pauvre Charles....

LA COMTESSE, _vivement._ Tu sais tout?

LEONIE, _avec joie._ Eh! oui, sans doute!

LA COMTESSE, _avec effroi._ O ciel!

LEONIE, _vivement et se levant du canape._ Je me tairai, ma tante, je me
tairai, je vous le jure. Je vous aiderai a le proteger, a le defendre
... j'y suis bien forcee maintenant ... ne fut-ce que par

LA COMTESSE, _avec impatience._ Mais tout cela ne m'explique pas ...

LEONIE, _avec joie._ C'est juste ... Il me semble que tout le monde doit
savoir ... et il n'y a que moi ... c'est-a-dire nous deux.... Voila donc
que nous galopions dans le parc avec mon oncle, quand tout a coup son
cheval prend peur, la ponette en fait autant et m'emporte du cote du
bois. Deja ma jupe s'etait accrochee a une branche; j'allais etre
arrachee de ma selle et trainee peut-etre sur la route, quand Charles
... monsieur Charles, se precipite a terre, se jette hardiment au-devant
de la ponette, l'arrete d'une main, me retient de l'autre, et me depose
a moitie evanouie sur le gazon.

LE COMTESSE. Brave garcon!

LEONIE. Et malgre cela, j'etais d'une colere....

LA COMTESSE. Tu lui en voulais[64] de te sauver?

LEONIE. Mon pas de me sauver, mais de me sauver avec si peu de respect!
Imaginez-vous, ma tante, qu'il me prenait les mains pour me les
rechauffer ... qu'il me faisait respirer un flacon[65] ... je vous
demande si un domestique doit avoir un flacon ... et qu'il repetait sans
cesse comme il aurait fait pour son egale: Pauvre enfant! pauvre enfant!
Je ne pouvais pas repondre, parce que j'etais evanouie[66] ... mais
j'etais tres en colere, en dedans. Et lorsqu'en ouvrant les yeux, je le
trouvai a mes genoux ... presque aussi pale que moi, et qu'il me tendit
la main en me disant: Eh bien! chere demoiselle, comment vous
trouvez-vous? mon indignation fut telle que je repondis par un coup de
cravache dont je frappai la main qu'il osait me tendre ... puis je
fondis en larmes ... sans savoir pourquoi....

LA COMTESSE, _avec un commencement d'inquietude._[67] Eh bien! apres?

LEONIE. Apres? Jugez de ma surprise, de ma joie, quand je le vis se
relever en souriant ... decouvrir sa tete avec une grace charmante, et
me dire apres m'avoir saluee: Que votre legitime orgueil ne s'alarme pas
de ma temerite, mademoiselle; celui qui a ose tendre la main a
mademoiselle de Villegontier, ce n'est pas Charles, le valet de chambre,
c'est monsieur Henri de Flavigneul, le proscrit.

LA COMTESSE. Ah! le malheureux! il se perdra!

LEONIE. Se perdre, parce qu'il m'a confie son secret!

LA COMTESSE. Qui me dit que tu sauras le garder?

LEONIE. Vous croyez mon coeur capable de le trahir!...

LA COMTESSE. Le trahir! Dieu me garde d'un tel soupcon!... mais c'est ta
bonte meme, ce sont tes craintes qui te trahiront.

LEONIE, _avec elan._ Ah! ne redoutez rien ... je serai forte ... il
s'agit de lui!

LA COMTESSE, _vivement._ De lui!

LEONIE, _avec abandon._[68] Pardonnez-moi! Je ne puis vous cacher ce qui
se passe dans mon ame.... Mais pourquoi vous le cacher, a vous? Eh bien!
oui, une force, une joie ineffable remplissent mon coeur tout entier....
J'etais si malheureuse depuis quinze jours,[69] je ne pouvais
m'expliquer a moi-meme ce que je ressentais ... ou plutot je ne l'osais
pas: c'etait de la honte, de la colere, je me sentais entrainee vers un
abime, et cependant j'y tombais avec joie.

LA COMTESSE, _avec anxiete._ Que veux-tu dire?

LEONIE. Je comprends tout, maintenant. Si j'etais aussi indignee contre
lui ... et contre moi, ma tante, c'est que je l'aimais!

LA COMTESSE, _avec explosion._ Vous l'aimez!

LEONIE. Qu'avez-vous donc?

LA COMTESSE, _froidement._ Rien! rien! Vous l'aimez!

LEONIE. Vous semblez irritee contre moi, chere tante.

LA COMTESSE, _de meme._ Irritee ... moi ... non!... je ne suis pas
irritee.... Pourquoi serais-je irritee?

LEONIE. Je l'ignore!... peut-etre ... est-ce de ma confiance trop
tardive.... Je vous aurais dit plus tot mon secret si je l'avais su plus

LA COMTESSE. Qui vous reproche votre manque de confiance?... Laissez-moi
... j'ai besoin d'etre seule!...

LEONIE, _avec douleur._ Oh! mais ... vous m'en voulez![70] ...

LA COMTESSE, _avec impatience._ Mais non, vous dis-je.

LEONIE. Vous ne m'avez jamais parle ainsi! vous ne me dites plus ...
toi![71] ...

LA COMTESSE, _avec emotion._ Tu pleures?... Pardon, chere enfant,
pardon! Si je t'ai affligee, c'est que moi-meme ... je souffrais ... oh!
cruellement!... je souffre encore.... Laisse-moi seule un moment, je
t'en prie!... (_Elle regarde Leonie, puis l'embrasse vivement._)
Va-t'en![72] va-t'en!...

LEONIE, _en s'en allant._ A la bonne heure,[73] au moins.... (_Elle


LA COMTESSE, _seule._

Elle l'aime! Pourquoi ne l'aimerait-elle pas? N'est-elle pas jeune comme
lui? riche et noble comme lui?... Pourquoi donc souffre-je tant de cette
pensee? Pourquoi, pendant qu'elle me parlait ... ressentais-je contre
elle un sentiment de colere ... d'aversion, de ... Non, ce n'est pas
possible! depuis quinze jours ne veillais-je pas sur lui comme une amie
... ne lui parlais-je pas comme une mere?... ce matin, ne l'ai-je pas
remercie de ce qu'il m'appelait ma soeur?... Ah! malgre moi le voile
tombe!... ce langage maternel n'etait qu'une ruse de mon coeur pour se
tromper lui-meme ... je ne cherchais dans ces titres menteurs de soeur
ou de mere qu'un pretexte, que le droit de ne lui rien cacher de ma
tendresse. Ce n'est pas de l'interet ... de l'amitie ... du devouement
... c'est de l'amour!... J'aime!... (_Avec effroi._) J'aime!... moi! et
ma rivale, c'est l'enfant de mon coeur, c'est un ange de grace, de
bonte. Ah! tu n'as qu'une resolution a prendre! renferme, renferme ta
folle passion dans ton coeur comme une honte, cache-la, etouffe-la....
(_Apres un moment de silence._) Je ne peux pas! Depuis que ce feu
couvert a eclate a mes propres yeux, depuis que je me suis avoue mon
amour a moi-meme ... il croit a chaque pensee, a chaque parole!... je le
sens qui m'envahit comme un flot qui monte!... (_Avec resolution._) Eh
bien! pourquoi le combattre? Leonie aime Henri, c'est vrai ... mais lui,
il ne l'aime pas encore ... il aurait parle, s'il l'aimait ... elle me
l'aurait dit, s'il avait parle.... (_Avec joie._) Il est libre! eh bien!
qu'il choisisse!... Elle est bien belle deja ... on dit que je le suis
encore.... Qu'il prononce!... (_Avec douleur._) Pauvre enfant!... elle
l'aime tant!... Ah! Mais je l'aime mille fois davantage! Elle aime,
elle, comme on aime a seize ans, quand on a l'avenir devant soi et que
le coeur est assez riche pour guerir, se consoler, oublier et
renaitre!... mais a trente ans notre amour est notre vie tout
entiere.... Allons! il faut lutter avec elle! luttons ... non pas de
ruse ou de perfidie feminine ... non! mais de devouement, d'affection,
de charme.... On dit que j'ai de l'esprit, servons-nous-en.[74] ...
Leonie a ses seize ans, qu'elle se defende!... et si je triomphe
aujourd'hui ... ah! je reponds de l'avenir ... je rendrai Henri si
heureux que son bonheur m'absoudra du mien!... (_Apres un moment de
silence._) Mais triompherai-je? sais-je seulement s'il m'est permis de
lutter?... qui me l'apprendra? Quand on a un grand nom, du credit, de la
fortune ... ceux qui nous entourent nous disent-ils la verite?... (_Elle
prend sur la table a gauche un miroir._) Ma main tremble en prenant ce
miroir ... ce n'est pas le trouble de la coquetterie ... non! c'est mon
coeur qui fait trembler ma main ... je ne me trouverai jamais telle que
je voudrais etre ... ne regardons pas!... (_Apres un moment
d'hesitation, elle regarde, fait un sourire,_ _et dit ensuite_) Oui ...
mais il en a trompe tant d'autres!... (_Elle remet le miroir sur la
table et apercoit la lettre que de Grignon avait mise dessous._) Quelle
est cette lettre?... A madame le comtesse d'Autreval.... (_Regardant la
signature._) De monsieur de Grignon! Eh bien ... lisons!... (_Au moment
ou elle ouvre la lettre, de Grignon parait au fond!_)



DE GRIGNON, _au fond._ Elle tient ma lettre!

LA COMTESSE, _lisant._ Qu'ai-je lu?

DE GRIGNON, _au fond._ Elle ne semble pas trop irritee!

LA COMTESSE, _continuant de lire._ Oui ... oui ... c'est bien le langage
d'un amour vrai ... l'accent de la passion ... le cri du coeur!

DE GRIGNON, _a part._ Elle se parle a elle-meme....

LA COMTESSE, _tenant toujours la lettre._ Il m'aime!... on peut donc
m'aimer encore!... il demande ma main!... on peut donc songer a
m'epouser encore!

DE GRIGNON, _s'avancant._ Ma foi ... je me risque!... (_Il fait un pas
en se mettant a tousser._)

LA COMTESSE, _se retournant et l'apercevant._ Est-ce vous qui avez ecrit
cette lettre?

DE GRIGNON. Cette lettre ... celle que tout a l'heure.... (_A part!_)
Ah! mon dieu![75]

LA COMTESSE, _vivement._ Repondez ... est-ce vous?

DE GRIGNON. Eh bien! oui, madame.

LA COMTESSE, _de meme._ Et ce qu'elle contient est bien l'expression de
votre pensee?

DE GRIGNON. Certainement.

LA COMTESSE. Vous m'aimez!... vous me demandez ma main?

DE GRIGNON. Et pourquoi pas?

LA COMTESSE. Vous, a vingt-cinq ans!

DE GRIGNON. Eh! qu'importe l'age! tout ce que je sais, tout ce que je
peux vous dire ... c'est que vous etes jeune et belle ... ce que je
sais, c'est que je vous aime.

LA COMTESSE, _avec joie._[76] Vous m'aimez?

DE GRIGNON. Et dussiez-vous[77] ne pas me le pardonner ... dussiez-vous
m'en vouloir!

LA COMTESSE, _de meme._ Vous en vouloir! mon ami, mon veritable ami ...
ainsi, c'est bien certain, vous m'aimez? vous me trouvez belle?... Ah!
jamais paroles ne m'ont ete si douces ... et si vous saviez ... si je
pouvais vous dire....

DE GRIGNON. Ah! je n'en demande pas tant ... l'emotion ... le trouble ou
je vous vois suffiraient a me faire perdre la raison.... (_On entend en
dehors a droite le bruit d'un orchestre._)

LA COMTESSE. Qu'est-ce que cela?

DE GRIGNON. Ah! mon dieu! j'oubliais ... une surprise ... une fete ...
la votre.

LA COMTESSE. Ma fete! je n'y pensais plus.

DE GRIGNON. Mais nous y pensions, nous et votre niece ... et la, dans le
grand salon, vos amis, les habitants du village ... tous vos gens....

LA COMTESSE. Mes gens!

DE GRIGNON. Bal champetre[78] et concert.

LA COMTESSE. Un bal! un concert.... (_A part._) Il sera la.... (_Haut._)
Oh! merci, mon ami, venez, venez, nous danserons....

DE GRIGNON. Oui, madame.

LA COMTESSE, _a part._ Il sera la ... il nous entendra ... il nous
jugera.[79] ... (_A de Grignon._) Venez, mon ami, je suis si heureuse.

DE GRIGNON. Et moi donc![80]

LA COMTESSE. Venez, venez!... (_Ils sortent par la porte a droite._)


(_Meme decor._)


DE GRIGNON, _sortant de l'appartement a droite, puis_ MONTRICHARD,
_entrant par le fond._

DE GRIGNON. C'est etonnant!... depuis l'aveu qu'elle m'a fait ... elle
ne me regarde plus!... Et pourtant ... quand je me rappelle son trouble
de ce matin, sa physionomie ... tout me dit que je suis aime ... tout
... excepte elle!... Ah! c'est qu'une lettre passionnee ... des paroles
brulantes ne suffisent pas pour la connaissance de mon amour ... il
faudrait des preuves reelles ... des actions.... (_Remontant le theatre
et voyant monsieur de Montrichard qui entre precede d'un marechal des
logis de dragons,[81] auquel il parle bas._) Quel est cet etranger?

MONTRICHARD, _au dragon._ Que mes ordres soient executes de point en
point! Rien de plus, rien de moins! vous entendez?

LE DRAGON, _saluant et se retirant_. Oui, monsieur, le prefet.[82]

MONTRICHARD, _s'avancant et saluant de Grignon_. Madame la comtesse
d'Autreval, monsieur.

DE GRIGNON. Elle est au salon, environnee de tous ses amis, dont elle
recoit les bouquets.... C'est sa fete ... mais des qu'elle saura que
monsieur le prefet du departement....

MONTRICHARD. Vous me connaissez, monsieur?

DE GRIGNON. Je viens d'entendre prononcer votre nom.... (_Faisant
quelques pas vers le salon_) et je vais....

MONTRICHARD. Ne vous derangez pas, de grace! rien ne me presse!... Quand
on est porteur de facheuses nouvelles....

DE GRIGNON. Ah! mon dieu!

MONTRICHARD. La comtesse, que je connais depuis longtemps, a toujours
ete parfaite[83] pour moi, et, dernierement encore, le ministre ne m'a
pas laisse ignorer qu'elle avait parle en ma faveur.

DE GRIGNON. Elle est fort bien en cour![84] et je concois qu'il vous
soit penible....

MONTRICHARD. Pour la premiere visite que je lui fais....

DE GRIGNON. De lui apporter une mauvaise nouvelle.

MONTRICHARD, _froidement_. Plusieurs, monsieur....

DE GRIGNON, _effraye_. Et lesquelles?

MONTRICHARD. Lesquelles?... mais d'abord une qui est assez grave, le feu
vient de prendre a l'une des fermes[85] de madame la comtesse.

DE GRIGNON. Vous en etes sur?

MONTRICHARD. Nous l'avons apercu, de la grande route ou nous passions,
et comme je ne pouvais detacher aucun des gens de mon escorte ... pour
des motifs serieux....


MONTRICHARD. Oui, fort serieux! J'ai dirige sur la ferme tous les
paysans que j'ai rencontres sur mon chemin, ordonnant qu'on m'envoyat au
plus tot des nouvelles de l'incendie.... (_Il remonte le theatre_.)

DE GRIGNON, _sur le devant du theatre_. Un incendie! ... quelle belle
occasion d'heroisme!... Si j'y allais! ... Quel effet sur la comtesse,
quand elle demandera: Ou donc est monsieur de Grignon? et qu'on lui
repondra: Il est au feu ... pour vous ... pour vous, comtesse! ... (_A
Montrichard_.) Monsieur, cette ferme est-elle loin d'ici?...

MONTRICHARD. A une demi-lieue[86] a peine, et si l'on pouvait y envoyer
une pompe a incendie....

DE GRIGNON, _avec chaleur_. Une pompe?... j'y vais moi-meme. Il y en a
une a la ville voisine, et je cours....

MONTRICHARD. Tres bien, monsieur, tres bien!... Mais attendez ... on ne
vous la confierait peut-etre pas sans un ordre de moi, et si vous le

DE GRIGNON. Si[87] je le permets! (_Montrichard se met a la table de
gauche et cherche autour de lui ce qu'il faut pour ecrire; ne le
trouvant pas, il tire un carnet de sa poche et trace quelques lignes au

DE GRIGNON, _se promenant pendant ce temps avec agitation_. Est-il un
plus beau role que celui de sauveur dans un incendie!... marcher sur des
poutres enflammees ... disparaitre au milieu des tourbillons de fumee et
de feu ... au moment le plus terrible ... quand la toiture va
s'ecrouler.... Voir tout a coup a une fenetre un vieillard, une femme
qui tend vers vous les bras, en s'ecriant! Sauvez-moi!... Alors,
s'elancer au milieu des cris de la foule: "Vous allez vous perdre!" ...
N'importe! ... "C'est une mort certaine!" (_S'interrompant et
s'adressant a Montrichard_.) Le fermier a-t-il des enfants?

MONTRICHARD, _ecrivant toujours_. Trois ... je crois....

DE GRIGNON, _avec joie_. Trois enfants ... quel bonheur![88] ... (_A
Montrichard_.) En bas age?...

MONTRICHARD, _ecrivant toujours_. Oui....

DE GRIGNON, _a part_. Tant mieux! c'est plus facile a sauver!... Puis,
rendre trois enfants a leur mere!... Et comme la comtesse me recevra,
quand je reviendrai escorte par tous les hommes de la ferme ... porte
sur un brancard de feuillages ... les vetements brules ... le visage
noirci.... Ah! ma tete s'exalte.... Donnez ... donnez, monsieur!... J'y
vais.... j'y cours!

MONTRICHARD, _lui remettant le billet_. A merveille!... (_A part_.) Quel
enthousiasme dans ce jeune homme!... (_A de Grignon, qui fait un pas
pour s'eloigner_.) Veuillez en meme temps vous informer de ce pauvre
garcon de ferme que nous avons rencontre sur la route, et qu'on
rapportait blesse du lieu de l'incendie.

DE GRIGNON, _commencant a avoir peur_. Ah!... ah! ... blesse!...
legerement, sans doute....

MONTRICHARD. Helas! non, la peau ... lui tombait du visage comme s'il
avait ete brule vif....

DE GRIGNON. Ah!... la peau ... lui ... tombait ...

MONTRICHARD. Le plus dangereux ... c'est une poutre qui lui a enfonce
trois cotes....

DE GRIGNON. Enfonce trois cotes!... voyez-vous cela!... En voulant
porter secours?...

MONTRICHARD. Oui, monsieur. Mais partez, partez!...

DE GRIGNON, _immobile et restant sur place_. Oui ... monsieur ... le
temps de faire seller un cheval ... par mon domestique ... qui en meme
temps pourrait bien y aller lui-meme ... car enfin ... cela le regarde
... des qu'il s'agit de porter une lettre ... il s'en acquittera mieux
que moi ... il ira plus vite....

UN BRIGADIER[89] DE GENDARMERIE, _entre dans ce moment, et s'adressant a
monsieur de Montrichard_. Monsieur le prefet, un expres arrive,
annoncant que le feu est eteint!

MONTRICHARD. Tant mieux!

DE GRIGNON, _vivement_. Eteint!... Quelle fatalite!... au moment ou j'y
allais! (_A Montrichard_.) Car j'y allais, vous l'avez vu, je

LE BRIGADIER, _bas a Montrichard_. Le sous-lieutenant a place a
l'exterieur tous nos hommes, comme vous l'aviez indique ... mais il a de
nouveaux renseignements dont il voudrait faire part a monsieur le

MONTRICHARD, _a part_. Tres bien.... Je tiens a[90] les connaitre et a
les verifier avant de voir la comtesse.... (_Haut, a de Grignon_.)
Veuillez, monsieur, ne pas parler de mon arrivee a madame d'Autreval,
car un devoir imprevu m'oblige a vous quitter; mais je reviens a
l'instant.... (_Il sort_.)

DE GRIGNON, _se promenant avec agitation_. Malediction!... Il n'y eut
jamais une occasion pareille!... un incendie que j'aurais trouve eteint!
de l'heroisme et pas de danger! Ah! si jamais j'en rencontre un
autre!... Voici la comtesse!... Toujours reveuse, comme ce matin....
Mais est-ce a moi qu'elle pense?... (_S'approchant d'elle_.) Madame....


DE GRIGNON, LA COMTESSE, _sortant de l'appartement a droite_.

LA COMTESSE, _distraite_. Ah! c'est vous, mon cher de Grignon!...

DE GRIGNON, _a part_. Elle a dit mon cher de Grignon!...

LA COMTESSE, _qui a l'air preoccupe et regarde dans la salle de bal_.
Eh! pourquoi donc n'etes-vous pas dans la salle de bal? Un bal champetre
au milieu du salon: le chateau et la ferme ... grands seigneurs et
femmes de chambre.

DE GRIGNON. J'etais ici ... m'occupant de vos interets.... Une de vos
fermes ou le feu avait pris ... mais il est eteint par malheur pour

LA COMTESSE, _distraite_. Comment cela?

DE GRIGNON, _avec chaleur_. J'aurais ete si heureux de m'exposer pour
vous!... car, sachez-le bien, je vous aime plus que moi-meme ... plus
que ma vie.

LA COMTESSE, _riant, mais reveuse_. C'est beaucoup!

DE GRIGNON. Vous en doutez?

LA COMTESSE. Vous m'aimez bien, je le crois; mais plus que la vie ...
non!... Vous n'assistiez[91] seulement pas a notre concert.

DE GRIGNON, _avec enthousiasme_. J'y etais, madame! j'ai entendu votre
admirable duo[92] avec votre niece.... Quel enthousiasme general!...
vos gens eux-memes, qui ecoutaient de l'antichambre ... etaient ravis
... transportes ... un surtout ... votre nouveau domestique....

LA COMTESSE, _vivement_. Charles!...

DE GRIGNON. Oui, Charles ... il criait brava[93] encore plus fort que

LA COMTESSE, _avec affection_. Ah! ce cher de Grignon, que j'accusais
... que je meconnaissais!...

DE GRIGNON, _a part_. Je l'ai ramenee enfin au meme point que ce matin.

LA COMTESSE. Ainsi, vous et Charles, vous m'applaudissiez?...

DE GRIGNON, _apercevant Henri qui entre par le fond_. Mais
certainement.... Et tenez, il pourrait vous le dire lui-meme, car le
voici qui vient de ce cote....

LA COMTESSE, _a part_. Lui! (_Vivement, a de Grignon_.) Mon ami ... j'ai
eu des torts avec vous ... je veux les reparer.... Allez m'attendre dans
le salon, et nous ouvrirons le bal ensemble....

DE GRIGNON, _avec ivresse_. J'y cours ... madame ... j'y cours!...
(_S'eloignant par la droite_.) Cela va bien!



HENRI. C'est vous, enfin, comtesse; je vous cherchais de tous cotes....

LA COMTESSE, _emue_. Et pourquoi donc, Henri?

HENRI, _avec exaltation_. Pourquoi? pour vous dire tout ce que j'ai dans
l'ame! le dire si je le puis ... car comment exprimer ce que j'ai
ressenti ... puisque personne n'a jamais vu ce que je viens de voir ...
n'a jamais entendu ce que je viens d'entendre!...

LA COMTESSE, _souriant, mais emue_. Quel enthousiasme! et qui donc a pu
le causer?

HENRI. Qui? vous et elle!...


HENRI. Elle et vous!... vous deux, que je ne veux plus separer dans ma
pensee; vous deux, qui venez de m'apparaitre unies, confondues comme
deux soeurs!

LA COMTESSE, _riant_. Ou comme deux roses sur la meme tige ... ou comme
deux etoiles dans la meme constellation.... Mais cependant, avouez-le,
la rose cadette[94] etait la plus belle!

HENRI. Comment vous le dire, puisque je ne le sais pas moi-meme? Aucune
n'etait la plus belle ... car elles s'embellissaient l'une l'autre, car
le front pur et angelique de la plus jeune faisait ressortir le front
poetique et brillant de l'ainee!... Vous souriez ... que serait-ce donc
... si je vous racontais mes impressions pendant le duo que vous avez
chante ensemble....

LA COMTESSE, _gaiement_. Racontez ... racontez ... je suis curieuse de
voir comment vous sortirez de cet embarras....

HENRI, _gaiement_. Je n'en sortirai pas ... et mon bonheur est dans cet
embarras meme....

LA COMTESSE. C'est fort original![95]

HENRI. Grace a ma bienheureuse livree, j'etais mele a vos fermiers et a
vos gens.... Eh bien ... a peine vos premieres notes entendues, car
c'etait vous qui commenciez, a peine votre belle voix touchante eut-elle
attaque ce cantabile[96] admirable, que des larmes coulerent de tous les

LA COMTESSE. Prenez garde!... vous allez etre infidele a la seconde

HENRI. Vos railleries ne m'arreteront pas.... Ces intelligences
incultes[97] ... ces oreilles grossieres devenaient fines et delicates
en vous ecoutant ... elles ne se rendaient compte de rien, et cependant
elles comprenaient tout....

LA COMTESSE. Et Leonie?...

HENRI. Elle parut a son tour ... et je vous l'avoue, quand elle
commenca, une sorte de pitie me saisit pour elle.... Pauvre enfant!...
me dis-je ... comme elle va paraitre gauche[98] et inexperimentee!...

LA COMTESSE, _avec plus de vivacite_. Eh bien?...

HENRI. Eh bien! j'avais raison!... Son inexperience se trahissait dans
chaque note ... mais je ne sais comment cette inexperience avait un
charme que je ne puis rendre!


HENRI. On ne pouvait s'empecher de sourire en entendant cette voix
enfantine apres la votre ... et cependant, ce contraste meme lui pretait
quelque chose de naif ... de frais.

LA COMTESSE. Prenez garde!... voici la premiere etoile qui palit a son

HENRI, _avec chaleur_. Non!... non!... car les voici toutes deux
reunies! car l'ensemble du duo commence, car cette voix emouvante et
passionnee se mele a son chant timide et pur.... Oh! alors ... alors ...
il sortit de ce melange je ne sais quelle impression qui tenait de[99]
l'enchantement. Ce n'etaient plus seulement vos deux voix qui se
confondaient, c'etaient vos deux personnes ... vous ne formiez plus
qu'un seul etre!... charmant ... complet ... representant a la fois la
jeune fille et la femme, tout semblable enfin a un rameau de cet arbre
fortune[100] qui croit sous le ciel de Naples, et porte sur une meme
branche et des fleurs et des fruits!

LA COMTESSE, _a part_. J'espere!

HENRI, _poussant un cri_. Ah! mon dieu!

LA COMTESSE. Qu'avez-vous?

HENRI. Une contredanse que j'ai promise.


HENRI. A Catherine, votre fermiere, vis-a-vis mademoiselle Leonie, votre
niece, contredanse que j'oubliais pres de vous.

LA COMTESSE, _avec joie_. Est-il possible!

HENRI. Heureusement l'orchestre n'a pas encore donne le signal, et je

LA COMTESSE. Oui, mon ami ... il ne faut pas faire attendre ... madame
Catherine la fermiere.... Allez!... allez!... (_Pendant que Henri sort
par la porte de droite, apres avoir baise la main de la comtesse qui le
suit des yeux, Leonie entre doucement par la porte du fond, et
s'approchant de la comtesse._)

LEONIE. Ma tante!...

LA COMTESSE. Toi! Je te croyais invitee pour cette contredanse.


LA COMTESSE. Eh bien! tu n'y vas pas?

LEONIE. C'est qu'auparavant j'aurais un conseil a vous demander.


LEONIE. Je vais vous dire.... Pendant que je chantais ... j'ai vu des
larmes dans ses yeux ... a lui[101] et c'est deja un bon
commencement.... Cela prouve que je ne lui deplais pas ... n'est-ce
pas, ma tante?

LA COMTESSE. Sans doute....

LEONIE. Mais c'est qu'il m'a priee de lui faire vis-a-vis, et j'ai une
grande peur que ma danse ne vienne detruire le bon effet de mon chant
... j'ai envie de ne pas danser.

LA COMTESSE. Y penses-tu?

LEONIE. J'ai tant de defauts en dansant.... Hier encore, vous me le
disiez vous-meme ... trop de raideur dans les bras ... les epaules pas
assez effacees[102]....

LA COMTESSE, _avec franchise_. Et malgre cela tu etais charmante.

LEONIE, _vivement_. Vraiment?...

LA COMTESSE, _s'oubliant_. Que trop![103]

LEONIE. Ah! tant mieux!... (_Avec contentement._) Je vais danser, ma
tante, je vais danser ... (_Gaiement._) et puis je tacherai de me
corriger ... et la premiere fois que je danserai avec lui ... ce qui ne
tardera pas, je l'espere.... (_S'arretant._)

LA COMTESSE. Eh bien!... qui te retient?...

LEONIE. Un autre conseil que j'aurais encore a vous demander ... un
conseil ... pour lui plaire.... (_Elle regarde autour d'elle avec
inquietude._) Nous avons le temps encore....

LA COMTESSE, _a part_. Moi, lui apprendre?... Eh bien! oui! Si Henri me
choisit apres cela ... c'est bien moi qu'il aimera.

LEONIE, _a demi-voix_. C'est pour ma coiffure.... Si je placais, comme
vous, quelque ornement dans mes cheveux ... une fleur ... ou plutot ...
(_Montrant un bracelet_) ce bracelet de perles.

LA COMTESSE, _vivement_. Enfant! qui ne sait pas que la plus belle
couronne de la jeunesse, c'est la jeunesse elle-meme, et qu'en voulant
parer un front de seize ans, on le depare[104]....

LEONIE. Eh bien ... je ne mettrai rien.... Merci, ma tante ... adieu, ma
tante!... (_Elle fait un pas pour s'eloigner._) Ah! j'oubliais.... S'il
me parle en dansant ... que lui dirai-je?... j'ai peur de rester
court[105] et de lui paraitre sotte par mon silence.... Ah! ma tante,
conseillez-moi; donnez-moi un sujet de conversation....


LEONIE. Vous avez tant d'esprit, et votre esprit lui plait tant!

LA COMTESSE, _vivement_. Il te l'a dit?

LEONIE. Pendant plus d'un quart d'heure; ainsi il me semble que des
paroles inspirees par vous garderaient quelque chose de votre grace a
ses yeux....

LA COMTESSE, _a part_. Quelle singuliere pensee lui vient la?...

LEONIE, _vivement_. J'y suis![106] oui ... oui ... voila mon sujet!...
je suis certaine de lui plaire!... je parlerai....

LA COMTESSE. De quoi?...

LEONIE. De vous!... Sur ce chapitre-la, je reponds de mon eloquence!...

LA COMTESSE, _avec effusion_. Ah! bonne et tendre nature ... je veux....

LEONIE. J'entends la voix de monsieur Henri....

LA COMTESSE. Henri!... (_A part._) Quand il est la je ne vois plus que

LEONIE. Il m'attend; il me semble qu'il m'appelle.... Adieu, ma tante
... adieu!... (_Elle sort par la droite._)


LA COMTESSE, _seule, regardant dans la salle du bal_.

Elle le rejoint ... la contredanse commence ... il est vis-a-vis d'elle
... comme il la regarde!... Il oublie que c'est a lui de danser.--Ils
traversent[107] ... il lui donne la main.... Mais que vois-je?... elle
palit ... la consternation se peint sur son visage? Que dis-je? sur tous
les visages! Henri s'elance dans la cour, et Leonie revient eperdue....


LA COMTESSE, LEONIE, _rentrant_.

LA COMTESSE. Qu'as-tu? au nom du ciel, qu'as-tu?

LEONIE, _eperdue_. Des soldats ... des dragons....

LA COMTESSE. Des soldats!

LEONIE. Ils entourent le chateau, et des gendarmes viennent d'entrer
dans la cour.


LEONIE. Ils viennent l'arreter!

LA COMTESSE. C'est impossible! venir l'arreter chez moi, comtesse
d'Autreval!... c'est impossible, te dis-je. Du calme! du calme!

LEONIE. Du calme!... vous pouvez en avoir, vous, ma tante ... vous ne
l'aimez pas!

LA COMTESSE. Tu crois! (_A part._) Oh! s'il est en peril, il verra bien
laquelle de nous deux l'aime le plus.... (_Apercevant Henri qui entre et
courant a lui._)


LES PRECEDENTS, HENRI, entrant par le fond.

LA COMTESSE, _l'apercevant_. Eh bien?

HENRI, _gaiement_. Eh bien!... ce sont effectivement des dragons qui me
cherchent, de vrais dragons.

LA COMTESSE. Qui vous l'a appris?

HENRI. L'officier lui-meme, que j'ai interroge adroitement.

LEONIE. Comment! avez-vous ose?...

HENRI, _gaiement_. Il me semble que cela m'interesse assez pour que je
m'en informe ...

LA COMTESSE. Mais enfin, que vous a-t-il dit?

HENRI. Qu'il venait pour arreter monsieur Henri de Flavigneul.... C'est
assez clair, ce me semble.

LEONIE. Perdu!

HENRI. Est-ce que le malheur peut m'atteindre entre vous deux?...

LA COMTESSE. Il dit vrai; a nous deux de le sauver!

HENRI. Permettez! a nous trois ... car je demande aussi a en etre.[108]
Voyons ... cherchons quelque bon deguisement, bien original....

LA COMTESSE. Toujours du roman![109] ...

HENRI. En connaissez-vous un plus charmant?... (_A la comtesse._) Ne me
grondez pas; je me mets sous vos ordres.

LA COMTESSE. Sachons d'abord quels sont nos ennemis....

HENRI. Oui, mon general....

LA COMTESSE. Comment se nomme l'officier des dragons?

HENRI. Je l'ignore, mon general, mais il est accompagne du nouveau
prefet, le terrible baron de Montrichard....

LEONIE, _eperdue_. Terrible!... oh! je meurs d'epouvante!

LA COMTESSE, _passant pres d'elle_. Mais ne pleure donc pas ainsi,
malheureuse enfant!

LEONIE. Je ne peux m'en defendre![110]

LA COMTESSE. Eh! crois-tu donc que la frayeur ne m'oppresse pas comme
toi? mais je pense a lui, et ma douleur meme me donne du courage....

HENRI, _a la comtesse qui remonte vers le fond_. Qu'elle est belle![111]

LEONIE, _essuyant ses yeux, mais pleurant toujours_. Oui, ma tante ...
oui!... je vais essayer....

HENRI, _a Leonie_. Qu'elle est touchante!... Ah! mon danger, je te
benis!... (_A la comtesse._) Fachez-vous ... accusez-moi ... je dirai
toujours ... o mon danger, je te benis!... Sans lui, vous verrais-je
toutes deux a mes cotes, me plaignant, me defendant ... Ah! vienne[112]
la sentence elle-meme ... je ne la regretterai pas ... puisque, grace a
elle, je puis vous inspirer.... (_A Leonie_) a vous, tant de terreur ...
(_A la comtesse._) a vous, tant de courage!

LA COMTESSE. Vous etes insupportable avec vos madrigaux[113].... pensons
au baron.... S'il ose venir ici, c'est qu'il sait tout ... c'est qu'on
nous a trahis....

HENRI, _avec insouciance_. Eh! qui donc?... est-ce que ma tete est mise
a prix? est-ce que ma capture vaut une trahison?

LA COMTESSE. Il y a des gens qui trahissent pour rien.

HENRI, _souriant_. Il y a donc encore du desinteressement![114] ...

LA COMTESSE. Taisez-vous! on vient.



LE DOMESTIQUE. Monsieur le baron de Montrichard, qui s'est deja presente
chez madame la comtesse, fait demander si elle veut bien lui faire
l'honneur de le recevoir?


LA COMTESSE. Certainement, avec plaisir.... (_Le domestique sort._) Le
baron!... et rien de decide encore!

LEONIE, _a Henri_. Fuyez, monsieur, fuyez.

LA COMTESSE. Au contraire!... qu'il reste!

HENRI. Vous avez une idee?

LA COMTESSE. Non, pas encore! mais il faut que vous restiez! que
monsieur de Montrichard vous voie ... vous voie comme domestique. On
soupconne plus difficilement ceux qu'on a vus d'abord sans les

HENRI. Comme c'est vrai!

LEONIE. Que vous etes heureuse, ma tante, d'avoir tant de presence
d'esprit!... comment faites-vous donc?

LA COMTESSE, _avec force_. Je meurs d'angoisse, ma fille! Allons,
eloigne-toi ... il faut que je sois seule avec le baron....

HENRI. Seule?... oh! non pas!... je veux savoir ce que vous lui

LA COMTESSE. Vous ... bien entendu.... (_A Leonie._) Va!... (_Leonie

LE DOMESTIQUE, _annoncant_. Monsieur le baron de Montrichard!

HENRI, _a part_. C'est original![115]


LA COMTESSE, HENRI, _se tenant au fond a l'ecart_, MONTRICHARD.

LA COMTESSE, _allant vivement a Montrichard_. Ah!... Monsieur le
baron!... que je suis heureuse de vous voir!...

MONTRICHARD. Je venais d'abord, madame, vous adresser mes

LA COMTESSE. Pour votre prefecture? eh bien! je les merite: vous aviez
un adversaire redoutable ... mais j'ai tant cabale ... tant intrigue ...
car vous m'avez fait faire des choses dont je rougis ... que j'ai fini
par l'emporter....

MONTRICHARD. Que[116] de graces a vous rendre, madame!... Et qui donc a
pu me valoir un si honorable patronage?

LA COMTESSE. Votre merite, d'abord! oh! je vous connais de plus longue
date[117] que vous ne le croyez ... nous avons fait la guerre l'un
contre l'autre en Vendee....

MONTRICHARD. Et vous m'avez protege, quoique ennemi?

LA COMTESSE. Mieux encore ... a titre[118] d'ennemi. ... Je vous
conterai cela un de ces jours ... car vous me restez.... Charles....
(_Henri ne repond pas._) Charles ... delivrez monsieur le baron de son
chapeau ... (_Mouvement du baron._) oh! je le veux!... (_A Henri._)
Charles ... allez chercher des rafraichissements pour monsieur le
baron.... (_Henri sort en riant._)

MONTRICHARD. Vous me comblez....

LA COMTESSE. Oui ... je veux vous rendre la reconnaissance tres

MONTRICHARD. Vraiment, madame!... eh bien! jugez de ma joie, je crois
que je viens de trouver le moyen de m'acquitter vis-a-vis de vous!

LA COMTESSE. Vous commencez deja ... (_Mouvement de surprise du baron_)
en me donnant le plaisir de vous recevoir....

MONTRICHARD. Je ferai mieux encore ... je viens vous offrir a vous,
madame, qui etes si devouee a la bonne cause, l'occasion de rendre un
signale service a Sa Majeste![120]

LA COMTESSE. Donnez-moi la main, baron; voila le mot d'un vrai
royaliste! et ce service, c'est ...

MONTRICHARD. De faire arreter le chef de la grande conspiration

LA COMTESSE. Bravo!... Ce chef est donc un homme important ... connu ...

MONTRICHARD. Connu?... oui! du moins de vous, a ce que je crois, madame
la comtesse....

LA COMTESSE, _riant_. De moi!... je connais un conspirateur!... Ah! le
nom de ce traitre, qui m'a trompee?...

MONTRICHARD. Monsieur Henri de Flavigneul!...

LA COMTESSE, _avec bonhomie_. Monsieur de Flavigneul!... ce tout jeune
homme qui a l'air si doux ... oh! je n'aurais jamais cru cela de lui!...
je l'ai vu en effet quelquefois chez sa mere ... mais c'en est
fait![121] ... (_Riant._) Je dis comme le farouche Horace:[122] Il est
bonapartiste, je ne le connais plus! je crois que je fais le vers un peu
long,[123] mais Corneille[124] me le pardonnera.... Ah! ca,[125] mais ou
est-il ce monsieur de Flavigneul?

MONTRICHARD. Il se cache.

LA COMTESSE. Il se cache!

MONTRICHARD. Dans un chateau....


MONTRICHARD. Tres voisin....

LA COMTESSE. Ou vous allez le surprendre....

MONTRICHARD. Voila le difficile!... et il me faudrait votre aide pour
cela, madame....

LA COMTESSE. Mon aide!...

MONTRICHARD. Oui! Imaginez-vous que ce chateau appartient a une femme du
plus haut rang, du plus pur royalisme ... une femme d'esprit, de coeur,
et de plus, ma bienfaitrice....

LA COMTESSE, _ironiquement_. Comme moi?...

MONTRICHARD. Precisement ... vous concevez mon embarras ... pour lui
dire d'abord, que je la soupconne, puis, que je viens faire chez elle
une invasion domiciliaire ... et, ma foi, madame, je vous l'avouerai ...
j'ai compte sur vous pour la prevenir.

LA COMTESSE, _eclatant de rire_. Ah! la bonne folie!... Ainsi, vous
croyez que moi!... je recele un conspirateur....

MONTRICHARD. Helas!... je ne le crois pas; j'en suis sur!

LA COMTESSE. Et c'est pour cela que vous avez amene tout cet attirail
de dragons? que vous avez deploye ce luxe de gendarmerie?

MONTRICHARD. Mon dieu, oui! et je ne m'eloignerai qu'apres avoir arrete
l'ennemi du roi ... il faut bien que je vous prouve ma reconnaissance,

LA COMTESSE, _changeant de ton_. Eh bien ... moi, monsieur le baron, je
vous prouverai comment une femme offensee se venge!

10 MONTRICHARD. Vous venger....

LA COMTESSE. D'un procede inqualifiable ... d'une sanglante[126] injure
pour une fervente royaliste comme moi.... (_Allant au canape._)
Veuillez-vous asseoir, baron ... asseyez-vous ... et ecoutez-moi!...

HENRI, _se rapprochant pour ecouter, et a part_. Qu'est-ce qu'elle va
lui dire?

LA COMTESSE, _a Henri_. Qu'est-ce que vous faites la?... vous ecoutez,
je crois ... achevez donc votre service![127] ... (_A Montrichard._)
Vous rappelez-vous, monsieur le baron, qu'il y a, helas!... dix-huit
ans,[128] un jeune magistrat plein de talent et de zele fut envoye au
chateau de Kermadio, pour y arreter trois chefs vendeens....

MONTRICHARD. Si je me le rappelle, madame, ce magistrat, c'etait moi!

LA COMTESSE, _avec moquerie_. Vous!... vous etiez alors procureur[129]
de la republique, ce me semble....

MONTRICHARD. Vous croyez?

LA COMTESSE. J'en suis sur.

MONTRICHARD. C'est possible.

LA COMTESSE. Or donc, puisque c'etait vous, monsieur le baron, vous
souvenez-vous qu'une petite fille de treize ou quatorze ans....

MONTRICHARD. Fit evader les trois chefs vendeens a ma barbe[130] et
avec une adresse....

LA COMTESSE. Epargnez ma modestie, monsieur le baron; cette petite
fille, c'etait moi!

MONTRICHARD. Vous?... madame?...

LA COMTESSE. Douze ans apres, en Normandie ... ou vous etiez, je crois
fonctionnaire sous l'empire....

MONTRICHARD, _avec embarras_. Madame!...

LA COMTESSE. Eh! mon dieu!... qui n'a pas ete fonctionnaire sous
l'empire! Vous rappelez-vous ces compagnons du general Moreau[131] qui
allerent rejoindre une fregate anglaise?...

MONTRICHARD. Sous pretexte d'un dejeuner, d'une promenade en rade....

LA COMTESSE. Ou je vous avais invite.... Ne vous fachez pas.... Vous
voyez, comme je vous le disais, que nous avons deja combattu l'un contre
l'autre sur terre et sur mer ...aujourd'hui, nous voici de nouveau en
presence, vous, cherchant toujours, moi, cachant encore, du moins a ce
que vous croyez.... Rien de change a la situation, sinon que vous etes
aujourd'hui prefet de la royaute. Mais ce n'est la qu'un detail. Eh
bien! baron, suivez mon raisonnement ...ou monsieur de Flavigneul est
ici, ou il n'y est pas!

MONTRICHARD. Il y est, madame!

LA COMTESSE. A moins qu'il n'y soit pas.


LA COMTESSE. Decidement?... Eh bien! vous savez comme je cache,
cherchez!... (_Elle se leve._)

MONTRICHARD. (_Il se leve._) Vous verrez comme je cherche ...cachez!...
Ah! madame la comtesse, vous me prenez pour le novice de 98, ou pour
l'ecolier de 1804,[132] mais j'etais jeune alors, je ne le suis plus!

LA COMTESSE. Helas!... je le suis moins!

MONTRICHARD. L'ardent et credule jeune homme est devenu homme!

LA COMTESSE. Et la jeune fille est devenue femme! Ah! monsieur le baron,
vous venez m'attaquer ... chez moi! dans mon chateau! Pauvre prefet!
quelle vie vous allez mener! je ris d'avance de toutes les fausses

Book of the day: