Full Text Archive logoFull Text Archive — Books, poems, drama…

A Selection from the Comedies of Marivaux by Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux

Part 2 out of 8

Adobe PDF icon
Download this document as a .pdf
File size: 0.8 MB
What's this? light bulb idea Many people prefer to read off-line or to print out text and read from the real printed page. Others want to carry documents around with them on their mobile phones and read while they are on the move. We have created .pdf files of all out documents to accommodate all these groups of people. We recommend that you download .pdfs onto your mobile phone when it is connected to a WiFi connection for reading off-line.

ete une comedie en prose du sieur Marivaux, sous le titre _les Serments
indiscrets_. Vous comptez bien qu'il y aura beaucoup de metaphysique et
peu de naturel."

The strong antipathy felt by Marivaux for Voltaire forced him at times, in
the presence of friends, to give vent to his feelings in words quite as
spiteful as those of his enemy: "M. de Voltaire est le premier homme du
monde pour ecrire ce que les autres ont pense.... M. de Voltaire est la
perfection des idees communes.... Ce coquin-la a un vice de plus que les
autres; il a quelquefois des vertus." But his retorts never went so far as
publication, and when, in 1735, the _Lettres philosophiques_ of Voltaire
were condemned to be burned by Parliament, and Marivaux was urged by a
publishing house, offering a good round sum, to make the most of
Voltaire's discomfiture and write a refutation of the same, he refused,
with his characteristic nobility of soul, to advance his own interests at
the expense of those of his enemy. As much cannot be said of the latter,
who, in letters written at this time, shows a cowardly fear of Marivaux's
acceptance of the offer.

Voltaire was not the only rival to show hostility. Destouches, in the
_Envieux, ou la Critique du Philosophe marie_ (XII), Le Sage, in _Gil
Blas_ (Book VII, chapter XIII), as well as Crebillon _fils_, in the work
already mentioned, were among the number.

Marivaux's admission to the French Academy had long been a matter of grave
doubt to his friends, for he was too honest for intrigue and too proud to
sue for favours, and there was much opposition on the part of many
members, who declared that their purposes were at war, as they had assumed
the task of composing the language, while he seemed to aim at its
decomposition; but Mme. de Tencin had set her mind upon making of him an
academician, and spared no pains to accomplish her purpose. The influence
of this brilliant, scheming, unprincipled, and headstrong woman, aided by
Bouhier, president of the parliament of Dijon, and likewise a warm
supporter of Marivaux, gained the day, and she had the pleasure of seeing
her old friend, upon his fifty-fifth birthday, February 4, 1743, received
within the ranks of the forty Immortals. Voltaire, although a dangerous
competitor, was not received until three years later; Piron, Le Sage, and
Crebillon _fils_, never.

Strangely enough, this painter of gay and brilliant society succeeded to
the _fauteuil_ of an ecclesiastic, l'abbe d'Houtteville, and was welcomed
by another, Languet de Gergy, archbishop of Sens. At his death his place
was filled by still another, a certain abbe de Radonvilliers. The task of
the archbishop was not one of the easiest, for it devolved upon him to
eulogize an author, many of whose works, by reason of his ecclesiastical
position, he was not supposed to have read. The acquaintance that he shows
with them, however, is rather too intimate to credit his assertion that
his judgment is drawn from hearsay: but with due deference to public
opinion and his supposed position, the archbishop lauds rather the
character of the man than the excellence of the author, declaring that it
is not so much for the multitude of his books, though welcomed by the
public with avidity, that Marivaux owes his election, as it is to
"l'estime que nous avons faite de vos moeurs, de votre bon coeur, de la
douceur de votre societe, et, si j'ose le dire, de _l'amabilite_ de votre
caractere."[159]

Along with much praise of the author's ability, with flattering
comparisons such as these: "Theophraste moderne, rien n'a echappe a vos
portraits critiques.... Le celebre La Bruyere parait, dit-on, ressusciter
en vous..." are criticisms upon the immoral influence of certain of his
works, particularly the _Paysan parvenu_, which claim to have a moral aim.
The archbishop suggests that his descriptions of licentious love are
painted in such "naive and tender colors" that they must create upon the
reader an impression other than that intended by the author, and that the
young may be led to follow the example of the "paysan, parvenu a la
fortune par des intrigues galantes," in spite of his recommendations of
sobriety.[160]

Nothing, perhaps, could have so wounded Marivaux as this imputation, for
few writers have been actuated by purer and more noble motives, and it was
with difficulty that he restrained his impulse to call upon the assembled
company for justification.[161] This is but another instance of his
extreme sensibility, for, despite the criticism more or less just, the
spirit of the discourse was both kindly and complimentary, as may be seen
from these closing words: "J'ai rendu justice, monsieur, a la beaute de
votre genie, a sa fecondite, a ses agrements: rendez-la, je vous prie, de
votre part, au ministere saint dont je suis charge; et en sa faveur,
pardonnez-moi une critique qui ne deroge point, ni a ce qui est du
d'estime a votre aimable caractere, ni a ce qui est du d'eloge a la
multitude, a la variete, a la gentillesse de vos ouvrages."[162]

No sooner was Marivaux a member of the French Academy than epigrams, such
as this, began to be showered upon him: "Il eut ete mieux place a
l'Academie des Sciences, comme inventeur d'un idiome nouveau, qu'a
l'Academie Francaise, dont assurement il ne connaissait pas la
langue."[163]

From the time of his admission to the French Academy until his death he
wrote little of value. A _Lettre a une dame sur la perte d'un perroquet_,
in verse, may serve to represent the decline of his genius. His popularity
waned and was eclipsed by that of the vigorous writers and philosophical
thinkers that followed him. His graceful sketches were soon to be
forgotten in those terrible scenes that closed the century, which the most
morbid and foreboding mind could scarcely have foreseen or pictured in the
lurid colourings that history has painted them. His closing years were
embittered by a knowledge of his failing powers and a growing
suspiciousness of those about him, and his increasing poverty would have
made his sufferings more keen, had it not been for the generous devotion
of a friend, Mlle. de Saint-Jean, with whom he lived for the last few
years of his life, in her apartments, rue de Richelieu, and whose modest
fortune he shared. He died on February 12,[164] "after a rather long
illness,"[165] which he bore with fortitude, and "with all the
tranquillity of a Christian philosopher"[166] saw the inevitable end
approach. His death passed almost unnoticed by his contemporaries.

Although at the time of his death he was seventy-five years of age, as
Colle records in his journal, "he did not seem to be fifty-eight."[167] He
had that gift, which none but his own light-hearted time has known, of
warding off, if not old age itself, at least the appearance of it. And
from that first half of the eighteenth century, that period of perennial
youth, have come down to us those ever fresh and rose-hued creations,
which are our charm to-day, recalling, as they do, a society long past, a
brilliancy of wit, of conversation well-nigh forgotten, a gayety, a
thoughtlessness, which we of the money-loving, practical, and scientific
twentieth century may long for, but not know.

CHRONOLOGY OF THE WORKS OF MARIVAUX.

(_Taken from the third appendix of Larroumet's "Marivaux", edition
of 1882, pp. 592-596._)

[Note: T.I. indicates the _Theatre-Italien_ and T.F. the _Theatre-
Francais_.]

1706. _Le Pere prudent et equitable, ou Crispin l'heureux fourbe_,
comedy in one act, in verse, printed in 1712.

1712. _Pharsamon, ou les Folies romanesques_, novel in ten parts,
printed in 1737.

1713-1714. _Les Aventures de..., ou les Effets surprenants de la
sympathie_, novel in five volumes.
_La Voiture embourbee_, novel in one volume.

1715. _Le Triomphe du Bilboquet, ou la Defaite de l'Esprit, de l'Amour
et de la Raison._

1717. _L'Iliade travestie_, in twelve books and in verse,
_Le Telemaque travesti_, in three books, printed in 1736.

1717-1718. Five _Lettres contenant une aventure_, four _Lettres a
madame..., contenant des reflexions sur la populace, les bourgeois
et les marchands, les hommes et les femmes de qualite,--et les
beaux esprits_, in _le Mercure_ for August, September and
October, 1717, March and June, 1718.

1717. _Portrait de Climene, ode anacreontique_ in _le Mercure_ for
September,
_Lettre ecrite a l'auteur du Mercure_ (October), to object to the
agnomen of _Theophraste moderne_.

1719. _Pensees sur divers sujets: sur la clarte du discours, sur la
pensee sublime_, in _le Mercure_ for March.

1720. March 4. _L'Amour et la Verite_, comedy in three acts, in
collaboration with the Chevalier de Saint-Jory. T.I.
_Prologue_ inserted in _le Mercure_ for March.
October 19. _Annibal_, tragedy in five acts and in verse, T.F.
Four representations, one of which at the court.
October 20. _Arlequin poli par l'Amour_, comedy in one act. T.I.
Twelve representations.

1722. May 3. The first _Surprise de l'Amour_, comedy in three acts. T.I.
Sixteen representations.
_Compliment_, in prose and verse, to Mlle. Sylvia.
_Reflexions sur le_ Romulus _de la Motte_, pamphlet.

1722-1723. _Le Spectateur francais_, journal in twenty-five leaflets.

1723. April 6. _La Double Inconstance_, comedy in three acts. T.I.
Number of representations unknown: break in the registers of the
theatre, from March to June.

1724. February 5. _Le Prince travesti_, comedy in three acts. T.I.
Sixteen representations.
July 8. _La Fausse Suivante_, comedy in three acts. T.I. Thirteen
representations.
December 2. _Le Denouement imprevu_, comedy in one act. T.F. Six
representations.

1725. March 5. _L'Ile des Esclaves_, comedy in one act. T.I. Twenty-one
representations.
August 19. _L'Heritier de Village_, comedy in one act. T.I. Six
representations.

1727. September 11. _Les Petits Hommes, ou l'Ile de la Raison_, comedy
in three acts. T.F. Four representations. Received August 3.
December 31. The second _Surprise de l'Amour_, comedy in three
acts. T.F. Fourteen representations. Received January 30.

1728. April 22. _Le Triomphe de Plutus_, comedy in one act. T.I. Twelve
representations.
_L'Indigent philosophe ou l'Homme sans souci_, journal in seven
leaflets.

1729. April 18. _La Nouvelle Colonie, ou la Ligue des Femmes_, comedy
in three acts. T.I. Number of representations unknown. Reduced
later to one act, to be played in the _theatres de societe_;
published in this form in _le Mercure_ for December, 1750.

1730. January 23. _Le Jeu de l'Amour et du Hasard_, comedy in three
acts. T.I. Fourteen representations.

1731-1741. _La Vie de Marianne, ou les Aventures de Madame la comtesse
de..._, novel in eleven parts.

1731. November 5. _La Reunion des Amours_, comedy in one act, T.F. Nine
representations. Received October 4.

1732. May 12. _Le Triomphe de l'Amour_, comedy in three acts. T.I.
Number of representations unknown.
June 8. _Les Serments indiscrets_, comedy in five acts. T.F. Nine
representations. Received March 9, 1731.
July 26. _L'Ecole des Meres_, comedy in one act. T.I. Fourteen
representations.

1733. June 6. _L'Heureux Stratageme_, comedy in three acts. T.I.
Eighteen representations.

1734. _Le Cabinet du Philosophe_, journal in eleven leaflets.
August 6. _La Meprise_, comedy in one act. T.I. Three
representations.
November 6. _Le Petit-Maitre corrige_, comedy in three acts. T.F.
Two representations. Received September 21.

1735. May 9. _La Mere confidente_, comedy in three acts, T.I. Seventeen
representations.

1735. _Le Paysan parvenu_, novel in five parts.

1736. January 11. _Le Legs_, comedy in one act. T.F. Seven
representations. Received April 20, 1735.

1737. March 16. _Les Fausses Confidences_, comedy in three acts. T.I.
Number of representations unknown.

1738. July 7. _La Joie imprevue_, comedy in one act. T.I. Number of
representations unknown.

1739. January 13. _Les Sinceres_, comedy in one act. T.I. Number of
representations unknown.

1740. November 19. _L'Epreuve_, comedy in one act. T.I. Twenty
representations.

1743. February 4. _Discours de reception_ to the French Academy.

1744. August 24. _Reflexions sur les progres de l'esprit humain_, read
before the French Academy; inserted in _le Mercure_ for June,
1755, under the title of _Reflexions sur Thucydide._
October 19. _La Dispute_, comedy in one act. T.F. One
representation.
December 29. _Reflexions sur les differentes sortes de gloire_,
read before the French Academy; printed in _le Mercure_ for March,
1751, under the title of _Reflexions sur les hommes_.

1746. August 6. _Le Prejuge vaincu_, comedy in one act. T.F. Seven
representations.

1748. April 4. _Reflexions sur l'esprit humain_, in the form of a
letter read before the French Academy.

1749. August 24. _Reflexions sur Corneille et sur Racine_, read before
the French Academy; inserted in _le Mercure_ for April, 1755,
under the title of _Reflexions sur l'esprit humain a l'occasion de
Corneille et de Racine_.
September 24. Continuation of the same reading.

1750. August 25. Continuation of the same reading.
December 27. _Compliment_ addressed in the name of the French
Academy to the Chancellor de Lamoignon; inserted in _le Mercure_
for March, 1751.

1751. January 8. _Compliment_ addressed in the name of the French
Academy to the _garde des sceaux_.
August 24. _Reflexions sur les Romains et sur les anciens Perses_,
read before the French Academy; inserted in _le Mercure_ for
October, 1751.

1754. _L'Education d'un prince_, dialogue, in _le Mercure_, first
volume for December.

1757. _Les Acteurs de bonne foi_, comedy in one act, published in _le
Conservateur_ for November, 1757.
March 5. Reading and reception at the Comedie-Francaise of
_Felicie_, comedy in one act, not played; published in _le
Mercure_ for March, 1757.
Date unknown. _Lettre a une dame sur la perte d'un perroquet_
(in verse).

BIBLIOGRAPHICAL NOTE.

[Footnote: The first biographical and literary study upon Marivaux is that
of the Abbe de la Porte, published four years before the former's death in
the _Observateur litteraire_ of 1759, vol. 1, p. 73, etc., reprinted with
additional details in the edition of the _Oeuvres diverses_ de Marivaux,
published in 1765 by Duchesne, and again in the edition of the _Oeuvres
completes_, published in 1781 by the widow Duchesne. It is to this last-
named text that I refer in the introduction. This essay by De la Porte is
quite fair and trustworthy. It is particularly interesting as being the
first. It is followed by an Eloge, or, rather, a contemptuous sketch, for
it is anything but a eulogy, published by Palissot (and de Sivry) in the
_Necrologe des hommes celebres_ of 1764. In 1769 Lesbros de la Versane
published _l'Esprit de Marivaux ou Analectes de ses ouvrages_, preceded by
an _Eloge historique de cet auteur_, "a panegyric without reservation upon
the man and the writer." It is to a reprint of this _Eloge_, published by
Gogue et Nee de la Rochelle, Paris, 1782, that I make my references. These
are the sources from which d'Alembert drew most of the matter for his
_Eloge_, which is characterized by a kindly criticism, that, though
sometimes too severe, does not offend. These four are the principal early
sources from which Marivaux's biographers have drawn, and, if we add
Desfontaines' _Dictionnaire neologique_, published in 1726 (and several
times reprinted), Grimm's _Correspondance litteraire_ (1753-1790), Colle's
_Journal et memoires_ (1748-1772), Marmontel's _Memoires_, published in
1804, those of the President Henault, published by the Baron de Vigan,
Paris, 1854, those of the Abbe de Trublet, published in Amsterdam, 1759,
and La Harpe's _Cours de litterature ancienne et moderne_ (see edition by
Buchon, Paris, 1825-1826), we shall have almost covered the ground of
early sources. Much of the first part of this note is taken from
Larroumet's _Marivaux_, p. 14, note 2.]

COLLECTIVE EDITIONS.

MARIVAUX: Les Comedies de Monsieur de Marivaux, jouees sur le Theatre
de l'Hotel de Bourgogne, par les Comediens Italiens ordinaires du Roy.
Paris, Briasson, 2 vol. in-12, 1732.

MARIVAUX: Oeuvres de theatre de M. de Marivaux. A Paris, chez Prault pere,
4 vol. in-12, 1740.

MARIVAUX: Oeuvres de theatre de M. de Marivaux, de l'Academie francoise.
Nouvelle edition. A Paris, chez N.B. Duchesne, rue S. Jacques,
au-dessous de la Fontaine S. Benoit, au Temple du Gout; 5 vol. in-12,
avec portrait grave par Chenu d'apres Garand, 1758.

MARIVAUX: Oeuvres completes. Paris, chez Gogue et Nee de la Rochelle,
12 vol. in-8, 1781-1782.

MARIVAUX: Oeuvres completes de Marivaux de l'Academie Francaise
(Duviquet). Paris, Haut-Coeur et Gayet jeune, P.J. Gayet et
Dauthereau, 10 vol. in-8, 1825-1830.

WORKS CONSULTED OR REFERRED TO IN THE INTRODUCTION.

BIBLIOTHEQUE FRANCAISE, ou _Histoire litteraire de la France_. Tome XXII,
derniere partie. Amsterdam, H. du Sauzet, 1736.

FERDINAND BRUNETIERE: Nouvelles critiques sur l'histoire de la
litterature francaise. Paris, Hachette et Cie., 1882.

CHARLES COLLE: Journal et memoires sur les hommes de lettres, les ouvrages
dramatiques et les evenements les plus memorables du regne de Louis
XV (1748-1772), (edition Honore Bonhomme). Tome II. Paris,
Firmin-Didot Freres, Fils et Cie., 1868.

D'ALEMBERT (Jean Le Rond, dit): Eloge de Marivaux. Contained in his
Oeuvres philosophiques, historiques et litteraires. Tome X. Paris,
Jean-Francois Bastien, An XIII (1805).

GASTON DESCHAMPS: Marivaux (in les Grands ecrivains de la France).
Paris, Hachette et Cie., 1897.

L'ABBE PIERRE-FRANCOIS GUYOT DESFONTAINES: Dictionnaire neologique
a l'usage des beaux esprits du siecle. Amsterdam, Michel-Charles
le Cene, 1731.

JEAN FLEURY: Marivaux et le marivaudage. Paris, E. Pion et Cie., 1881.

LEON FONTAINE: Le Theatre et la philosophie au XVIIIe siecle. Versailles,
Cerf et Fils, 1879.

BERNARD LE BOVIER DE FONTANELLE: Eloge de Mme. de Lambert. Contained in
his Oeuvres. Tome VII. Paris, J.F. Bastien et J. Serviere, 1792.

EDOUARD FOURNIER: Etude sur la vie et les oeuvres de l'auteur. Preceding
the Theatre complet de Marivaux. Laplace et Sanchez, 1878.

EMILE GOSSOT: Marivaux moraliste. Paris, Didier et Cie., 1881.

FREDERIC-MELCHIOR GRIMM ET DENIS DIDEROT: Correspondance litteraire,
philosophique et critique ... depuis 1753 jusqu'en 1790. Tomes I
(1753-1756), III (1761-1764), and IV (1764-1765). Paris, Furne et
Ladrange, 1829.

LE PRESIDENT CHARLES-J.-F. HENAULT: Memoires (edition Le Baron de
Vigan). Paris, 1854.

ARSENE HOUSSAYE: Galerie du XVIIIe siecle. Premiere serie. Paris, Hachette
et Cie., 1858.

JEAN-FRANCOIS DE LA HARPE: Cours de litterature ancienne et moderne.
Tomes XIII, XIV, XVI. Paris, P. Dupont et Ledentu, 1825.

L'ABBE JOSEPH DE LA PORTE: Essai sur la vie et sur les ouvrages de M. de
Marivaux. Contained in the Oeuvres completes de M. de Marivaux.
Tome I. Paris, la Veuve Duchesne, 1781. [References in the
introduction are to this edition of De la Porte, unless otherwise
stated.]

L'ABBE JOSEPH DE LA PORTE: Lettre IV, concerning the Nouvelle edition
du Theatre de M. de Marivaux. In the Observateur litteraire for
1759. Tome I. Amsterdam, 1759.

GUSTAVE LARROUMET: Marivaux, sa vie et ses oeuvres d'apres de nouveaux
documents. Paris, Hachette et Cie. The editions of 1882 and 1894.
[References in the introduction are to the former, unless otherwise
stated.]

LESBROS DE LA VERSANE: Eloge historique. In the Esprit de Marivaux.
Paris, Gogue et Nee de la Rochelle, 1782.

RENE LAVOLLEE: Marivaux inconnu (extrait de la Revue de France). Paris,
Imprimerie de la societe anonyme de publication, periodiques, 1880.

JULES LEMAITRE: Impressions de theatre. Deuxieme et quatrieme series.
Paris, H. Lecene et H. Oudin, 1888 and 1890.

CHARLES LENIENT: La Comedie en France au XVIIIe siecle. Tome I. Paris,
Hachette et Cie., 1888.

M. DE LESCURE: Eloge de Marivaux. In the Theatre choisi de Marivaux.
Paris, Firmin-Didot et Cie., 1894.

HENRI LION: La comedie "metaphysique" de Marivaux. In the Histoire de
la langue et de la litterature francaise, under the direction of
Petit de Julleville. Tome VI. Paris, Armand Colin et Cie., 1900.

JEAN-FRANCOIS MARMONTEL: Memoires (edition Maurice Tourneux). Tomes I
and II. Paris, Librairie des Bibliophiles, 1891.

CHARLES PALISSOT: Eloge de Marivaux. In le Necrologe des hommes celebres
de France, par une societe de gens de lettres. Paris, Moreau, 1767.

PAUL-E.-A. POULET-MALASSIS: Theatre de Marivaux. Bibliographie des
editions originales et des editions collectives donnees par l'auteur.
Paris, P. Rouquette, 1876.

WILHELM PRINTZEN: Marivaux, sein Leben, seine Werke und seine
litterarische Bedeutung. Muenster, 1885.

CHARLES-AUGUSTIN SAINTE-BEUVE: Causeries du lundi. Tome IX. Paris,
Garnier Freres, 1854.

FRANCISQUE SARCEY: Quarante ans de theatre. Tome II. Bibliotheque des
annales politiques et litteraires, Paris, 1900.

FRANCISQUE SARCEY: Preface to vol. 1 of the Theatre choisi de Marivaux.
Paris, Librairie des Bibliophiles, E. Flammarion successeur. 1892.

L'ABBE NICOLAS-CHARLES-JOSEPH DE TRUBLET: Memoires. Amsterdam, 1739.

* * * * *

LE JEU DE L'AMOUR ET DU HASARD

COMEDIE EN TROIS ACTES

_Representee pour la premiere fois par les Comediens Italiens ordinaires
du Roi, le 23 janvier 1730._

ACTEURS.

M. ORGON.
MARIO.
SILVIA.[1]
DORANTE.
LISETTE, femme de chambre de Silvia.
ARLEQUIN,[2] valet de Dorante.
UN LAQUAIS.

* * * * *

_La scene est a Paris._

ACTE I

SCENE PREMIERE.

SILVIA, LISETTE.

SILVIA.

Mais, encore une fois, de quoi vous melez-vous? Pourquoi repondre de mes
sentiments?

LISETTE.

C'est que j'ai cru que, dans cette occasion-ci, vos sentiments
ressembleroient a ceux de tout le monde. Monsieur votre pere me demande si
vous etes bien aise qu'il vous marie, si vous en avez quelque joie. Moi,
je lui reponds qu'oui[3]; cela va tout de suite;[4] et il n'y a peut-etre
que vous de fille[5] au monde pour qui ce _oui_-la ne soit pas vrai. Le
_non_ n'est pas naturel.

SILVIA.

Le non n'est pas naturel? Quelle sotte naivete! Le mariage auroit donc de
grands charmes pour vous?

LISETTE.

Eh bien! c'est encore _oui_, par exemple.

SILVIA.

Taisez-vous; allez repondre vos impertinences ailleurs,[6] et sachez que
ce n'est pas a vous a juger[7] de mon coeur par le votre.

LISETTE.

Mon coeur est fait comme celui de tout le monde. De quoi le votre s'avise-
t-il de n'etre fait comme celui de personne?

SILVIA.

Je vous dis que, si elle osoit, elle m'appellerait une originale.[8]

LISETTE.

Si j'etois votre egale, nous verrions.

SILVIA.

Vous travaillez a me facher. Lisette.

LISETTE.

Ce n'est pas mon dessein. Mais, dans le fond, voyons, quel mal ai-je fait
de dire a monsieur Orgon que vous etiez bien aise d'etre mariee?

SILVIA.

Premierement, c'est que tu n'as pas dit vrai: je ne m'ennuie pas d'etre
fille.

LISETTE.

Cela est encore tout neuf.[9]

SILVIA.

C'est qu'il n'est pas necessaire que mon pere croie me faire tant de
plaisir en me mariant, parce que cela le fait agir avec une confiance qui
ne servira peut-etre de rien.

LISETTE.

Quoi! vous n'epouserez pas celui qu'il vous destine?

SILVIA.

Que sais-je? Peut-etre ne me conviendra-t-il point, et cela m'inquiete.

LISETTE.

On dit que votre futur est un des plus honnetes hommes du monde; qu'il est
bien fait, aimable,[10] de bonne mine; qu'on ne peut pas avoir plus
d'esprit; qu'on ne sauroit etre d'un meilleur caractere. Que voulez-vous
de plus? Peut-on se figurer de mariage plus doux, d'union[11] plus
delicieuse?[12]

SILVIA.

Delicieuse? Que tu es folle, avec tes expressions!

LISETTE.

Ma foi! Madame, c'est qu'il est heureux qu'un amant de cette espece-la
veuille se marier dans les formes;[13] il n'y a presque point de fille,
s'il lui faisoit la cour, qui ne fut en danger de l'epouser sans
ceremonie. Aimable, bien fait, voila de quoi vivre[14] pour l'amour;
sociable et spirituel, voila pour l'entretien de la societe. Pardi![15]
tout en sera bon[16] dans cet homme-la; l'utile et l'agreable, tout s'y
trouve.[17]

SILVIA.

Oui, dans le portrait que tu en fais, et on dit qu'il y ressemble; mais
c'est un on dit, et je pourrais bien n'etre pas de ce sentiment-la, moi.
Il est bel homme, dit-on, et c'est presque tant pis.

LISETTE.

Tant pis! tant pis! mais voila une pensee bien heteroclite![18]

SILVIA.

C'est une pensee de tres bon sens.[19] Volontiers un bel homme est fat; je
l'ai remarque.

LISETTE.

Oh! il a tort d'etre fat, mais il a raison d'etre beau.

SILVIA.

On ajoute qu'il est bien fait; passe.[20]

LISETTE.

Oui-da,[21] cela est pardonnable.

SILVIA.

De beaute[22] et de bonne mine, je l'en dispense; ce sont la des agrements
superflus.

LISETTE.

Vertuchoux![23] si je me marie jamais, ce superflu-la sera mon
necessaire.[24]

SILVIA.

Tu ne sais ce que tu dis. Dans le mariage, on a plus souvent affaire a
l'homme raisonnable qu'a l'aimable homme: en un mot, je ne lui demande
qu'un bon caractere, et cela est plus difficile a trouver qu'on ne pense.
On loue beaucoup le sien; mais qui est-ce qui a vecu avec lui? Les hommes
ne se contrefont-ils[25] pas, surtout quand ils ont de l'esprit? N'en ai-
je pas vu, moi, qui paroissoient, avec leurs amis, les meilleures gens du
monde? C'est la douceur, la raison, l'enjouement meme; il n'y a pas
jusqu'a leur physionomie qui ne soit garante de toutes les bonnes qualites
qu'on leur trouve. Monsieur un tel a l'air d'un galant homme, d'un homme
bien raisonnable, disoit-on tous les jours d'Ergaste. Aussi l'est-il[26]
repondoit-on; je l'ai repondu moi-meme. Sa physionomie ne vous ment pas
d'un mot.[27] Oui, fiez-vous y a cette physionomie si douce, si
prevenante, qui disparoit un quart d'heure apres, pour faire place a un
visage sombre, brutal, farouche, qui devient l'effroi de toute une maison.
Ergaste s'est marie; sa femme, ses enfants, son domestique, ne lui
connoissent encore que ce visage-la, pendant qu'il promene partout
ailleurs cette physionomie si aimable que nous lui voyons, et qui n'est
qu'un masque qu'il prend au sortir de chez lui.

LISETTE.

Quel fantasque avec ses deux visages!

SILVIA.

N'est-on pas content de Leandre, quand on le voit? Eh bien! chez lui,
c'est un homme qui ne dit mot, qui ne rit ni qui ne gronde:[28] c'est une
ame[29] glacee, solitaire, inaccessible. Sa femme ne la connoit point, n'a
point de commerce avec elle; elle n'est mariee qu'avec une figure qui sort
d'un cabinet, qui vient a table, et qui fait expirer de langueur, de froid
et d'ennui tout ce qui l'environne. N'est-ce pas la un mari bien amusant?

LISETTE.

Je gele au recit que vous m'en faites. Mais Tersandre, par exemple?

SILVIA.

Oui, Tersandre! il venoit l'autre jour de s'emporter contre sa femme.
J'arrive, on m'annonce: je vois un homme qui vient a moi les bras ouverts,
d'un air serein, degage; vous auriez dit qu'il sortait de la conversation
la plus badine; sa bouche et ses yeux rioient encore. Le fourbe! Voila ce
que c'est que les hommes. Qui est-ce qui croit que sa femme est a plaindre
avec lui? Je la trouvai toute abattue, le teint plombe, avec des yeux qui
venoient de pleurer; je la trouvai comme je serai peut-etre: voila mon
portrait a venir; je vais du moins risquer d'en etre une copie. Elle me
fit pitie, Lisette; si j'allois te faire pitie aussi? Cela est terrible!
qu'en dis-tu? Songe a ce que c'est qu'un mari.

LISETTE.

Un mari? c'est un mari. Vous ne deviez pas finir par ce mot-la; il me
raccommode avec tout le reste.[30]

SCENE II.

M, ORGON, SILVIA, LISETTE.

M. ORGON.

Eh! bonjour, ma fille. La nouvelle que je viens t'annoncer te fera-t-elle
plaisir? Ton pretendu arrive aujourd'hui; son pere me l'apprend par cette
lettre-ci. Tu ne me reponds rien; tu me parois triste. Lisette de son cote
baisse les yeux. Qu'est-ce que cela signifie? Parle donc, toi; de quoi
s'agit-il?

LISETTE.

Monsieur, un visage qui fait trembler, un autre qui fait mourir de froid,
une ame gelee qui se tient a l'ecart; et puis le portrait d'une femme qui
a le visage abattu, un teint plombe, des yeux bouffis et qui viennent de
pleurer; voila, Monsieur, tout ce que nous considerons avec tant de
recueillement.

M. ORGON.

Que veut dire ce galimatias? Une ame, un portrait! Explique-toi donc: je
n'y entends rien.

SILVIA.

C'est que j'entretenois Lisette du malheur d'une femme maltraitee par son
mari; je lui citois celle de Tersandre, que je trouvai l'autre jour fort
abattue, parce que son mari venoit de la quereller; et je faisois la-
dessus mes reflexions.

LISETTE.

Oui, nous parlions d'une physionomie qui va et qui vient; nous disions
qu'un mari porte un masque avec le monde, et une grimace[31] avec sa
femme.

M. ORGON.

De tout cela,[32] ma fille, je comprends que le mariage t'alarme, d'autant
plus que tu ne connois point Dorante.

LISETTE.

Premierement, il est beau; et c'est presque tant pis.

M. ORGON.

Tant pis! Reves-tu, avec ton tant pis?

LISETTE.

Moi, je dis ce qu'on m'apprend: c'est la doctrine de Madame; j'etudie sous
elle.

M. ORGON.

Allons, allons, il n'est pas question de tout cela. Tiens, ma chere
enfant, tu sais combien je t'aime. Dorante vient pour t'epouser. Dans le
dernier voyage que je fis en province, j'arretai ce mariage-la avec son
pere, qui est mon intime et mon ancien ami; mais ce fut a condition
que[33] vous vous plairiez a tous deux et que vous auriez entiere liberte
de vous expliquer la-dessus. Je te defends toute complaisance a mon egard.
Si Dorante ne te convient point, tu n'as qu'a le dire, et il repart; si tu
ne lui convenois pas, il repart de meme,

LISETTE.

Un _duo_ de tendresse en decidera, comme a l'Opera: "Vous me voulez, je
vous veux; vite un notaire[34]!" ou bien: "M'aimez-vous? non; ni moi non
plus, vite a cheval!"

M. ORGON.

Pour moi, je n'ai jamais vu Dorante: il etoit absent quand j'etois chez
son pere; mais, sur tout le bien[35] qu'on m'en a dit, je ne saurois
craindre que vous vous remerciiez[36] ni l'un ni l'autre.

SILVIA.

Je suis penetree de vos bontes, mon pere. Vous me defendez toute
complaisance, et je vous obeirai.

M. ORGON.

Je te l'ordonne.

SILVIA.

Mais, si j'osois, je vous proposerois, sur une idee qui me vient, de
m'accorder une grace qui me tranquilliseroit tout a fait.

M. ORGON.

Parle ... Si la chose est faisable, je te l'accorde.

SILVIA.

Elle est tres faisable; mais je crains que ce ne soit abuser de vos
bontes.

M. ORGON.

Eh bien! abuse. Va, dans ce monde, il faut etre un peu trop bon pour
l'etre assez.

LISETTE.

Il n'y a que le meilleur de tous les hommes qui puisse dire cela.

M. ORGON.

Explique-toi, ma fille.

SILVIA.

Dorante arrive ici aujourd'hui.... Si je pouvois le voir, l'examiner un
peu sans qu'il me connut! Lisette a de l'esprit, Monsieur; elle pourroit
prendre ma place pour un peu de temps, et je prendrois la sienne.

M. ORGON, _a part_.

Son idee est plaisante.[37] (_Haut_.) Laisse-moi rever un peu a ce que tu
me dis la. (_A part_.) Si je la laisse faire, il doit arriver quelque
chose de bien singulier. Elle ne s'y attend pas elle-meme.... (_Haut_.)
Soit, ma fille, je te permets le deguisement. Es-tu bien sure de soutenir
le tien, Lisette?

LISETTE.

Moi, Monsieur? Vous savez qui je suis; essayez de m'en conter,[38] et
manquez de respect, si vous l'osez, a cette contenance-ci. Voila un
echantillon des bons airs[39] avec lesquels je vous attends. Qu'en dites-
vous? Hem? retrouvez-vous Lisette?

M. ORGON.

Comment donc! je m'y trompe actuellement moi-meme. Mais il n'y a point de
temps a perdre: va t'ajuster suivant ton role. Dorante peut nous
surprendre. Hatez-vous, et qu'on donne le mot a toute la maison.

SILVIA.

Il ne me faut presque qu'un tablier.[40]

LISETTE.

Et moi, je vais a ma toilette. Venez m'y coiffer, Lisette, pour vous
accoutumer a vos fonctions.... Un peu d'attention a votre service, s'il
vous plait.

SILVIA.

Vous serez contente, marquise. Marchons!

SCENE III.

MARIO, M. ORGON, SILVIA.

MARIO.

Ma soeur, je te felicite de la nouvelle que j'apprends.... Nous allons
voir ton amant, dit-on.

SILVIA.

Oui, mon frere, mais je n'ai pas le temps de m'arreter: j'ai des affaires
serieuses, et mon pere vous les dira. Je vous quitte.

SCENE IV.

M. ORGON, MARIO.

M. ORGON.

Ne l'amusez pas,[41] Mario; venez, vous saurez de quoi il s'agit.

MARIO.

Qu'y a-t-il de nouveau, Monsieur?

M. ORGON.

Je commence par vous recommander d'etre discret sur ce que je vais vous
dire, au moins.

MARIO.

Je suivrai vos ordres.

M. ORGON.

Nous verrons Dorante aujourd'hui; mais nous ne le verrons que deguise.

MARIO.

Deguise! Viendra-t-il en partie de masque?[42] lui donnerez-vous le bal?

M. ORGON.

Ecoutez l'article[43] de la lettre du pere. Hum!... _Je ne sais, au reste,
ce que vous penserez d'une imagination[44] qui est venue a mon fils: elle
est bizarre, il en convient lui-meme; mais le motif est pardonnable et
meme delicat: c'est qu'il m'a prie de lui permettre de n'arriver d'abord
chez vous que sous la figure[45] de son valet, qui, de son cote, fera le
personnage de son maitre.

MARIO.

Ah! ah! cela sera plaisant.[46]

M. ORGON.

Ecoutez le reste: _Mon fils sait combien l'engagement qu'il va prendre est
serieux, et il espere, dit-il, sous ce deguisement de peu de duree, saisir
quelques traits du caractere de notre future[47] et la mieux connaitre,
pour se regler ensuite sur ce qu'il doit faire, suivant la liberte que
nous sommes convenus de leur laisser. Pour moi, qui m'en fie bien a ce que
vous m'avez dit de votre aimable fille, j'ai consenti a tout, en prenant
la precaution de vous avertir, quoiqu'il m'ait demande le secret de votre
cote. Vous en userez la-dessus avec la future comme vous le jugerez a
propos...._ Voila ce que le pere m'ecrit. Ce n'est pas le tout;[48] voici
ce qui arrive: c'est que votre soeur, inquiete de son cote sur le
chapitre[49] de Dorante, dont elle ignore le secret, m'a demande de jouer
ici la meme comedie, et cela, precisement pour observer Dorante, comme
Dorante veut l'observer. Qu'en dites-vous? Savez-vous rien de plus
particulier que cela? Actuellement la maitresse et la suivante se
travestissent. Que me conseillez-vous, Mario? Avertirai-je votre soeur, ou
non?

MARIO.

Ma foi, Monsieur, puisque les choses prennent ce train-la, je ne voudrois
pas les deranger, et je respecterois l'idee qui leur est inspiree[50] a
l'un et a l'autre. Il faudra bien qu'ils se parlent souvent tous deux sous
ce deguisement. Voyons si leur coeur ne les avertiroit[51] pas de ce
qu'ils valent. Peut-etre que Dorante prendra du gout pour ma soeur, toute
soubrette qu'elle sera, et cela seroit charmant pour elle.

M. ORGON.

Nous verrons un peu comment elle se tirera d'intrigue.[52]

MARIO.

C'est une aventure qui ne sauroit manquer de nous divertir. Je veux me
trouver au debut et les agacer[53] tous deux.

SCENE V.

SILVIA, M. ORGON, MARIO.

SILVIA.

Me voila, Monsieur: ai-je mauvaise grace en femme de chambre? Et vous, mon
frere, vous savez de quoi il s'agit, apparemment... Comment me trouvez-
vous?

MARIO.

Ma foi, ma soeur, c'est autant de pris que le valet;[54] mais tu pourrois
bien aussi escamoter Dorante a ta maitresse.

SILVIA.

Franchement, je ne hairois pas de lui plaire sous le personnage que je
joue; je ne serois pas fachee de subjuguer sa raison, de l'etourdir[55] un
peu sur la distance qu'il y aura de lui a moi. Si mes charmes font ce
coup-la, ils me feront plaisir; je les estimerai. D'ailleurs, cela
m'aiderait a demeler Dorante. A l'egard de son valet, je ne crains pas ses
soupirs; ils n'oseront m'aborder; il y aura quelque chose dans ma
physionomie qui inspirera plus de respect que d'amour a ce faquin-la.

MARIO.

Allons, doucement, ma soeur: ce faquin-la sera votre egal...

M. ORGON.

Et ne manquera pas de t'aimer.

SILVIA.

Eh bien! l'honneur de lui plaire ne me sera pas inutile. Les valets sont
naturellement indiscrets; l'amour est babillard, et j'en ferai l'historien
de son maitre.

UN VALET.

Monsieur, il vient d'arriver un domestique qui demande a vous parler; il
est suivi d'un crocheteur[56] qui porte une valise.

M. ORGON.

Qu'il entre: c'est sans doute le valet de Dorante. Son maitre peut etre
reste au bureau pour affaires. Ou est Lisette?

SILVIA.

Lisette s'habille, et dans son miroir[57] nous trouve tres imprudents
de lui livrer Dorante; elle aura bientot fait.

M. ORGON.
Doucement! on vient.

SCENE VI.

DORANTE _en valet_, M. ORGON, SILVIA, MARIO.

DORANTE.

Je cherche M. Orgon: n'est-ce pas a lui que j'ai l'honneur de faire la
reverence?

M. ORGON.

Oui, mon ami, c'est a lui-meme.

DORANTE.

Monsieur, vous avez sans doute recu de nos nouvelles; j'appartiens a
monsieur Dorante, qui me suit, et qui m'envoie toujours[58] devant, vous
assurer de ses respects, en attendant qu'il vous en assure lui-meme.

M. ORGON.

Tu fais ta commission de fort bonne grace. Lisette, que dis-tu de ce
garcon-la?

SILVIA.

Moi, Monsieur, je dis qu'il est bien venu,[59] et qu'il promet.

DORANTE.

Vous avez bien de la bonte; je fais du mieux qu'il m'est possible.

MARIO.

Il n'est pas mal tourne, au moins: ton coeur n'a qu'a se bien tenir,[60]
Lisette.

SILVIA.

Mon coeur! c'est bien des affaires.[61]

DORANTE.

Ne vous fachez pas, Mademoiselle; ce que dit Monsieur ne m'en fait point
accroire.[62]

SILVIA.

Cette modestie-la me plait; continuez de meme.

MARIO.

Fort bien! Mais il me semble que ce nom de Mademoiselle qu'il te donne est
bien serieux.[63] Entre gens comme vous, le style des compliments ne doit
pas etre si grave; vous seriez toujours sur le qui-vive:[64] allons,
traitez-vous plus commodement.[65] Tu as nom[66] Lisette; et toi, mon
garcon, comment t'appelles-tu?

DORANTE.

Bourguignon, Monsieur, pour vous servir.

SILVIA.

Eh bien! Bourguignon, soit.

DORANTE.

Va donc pour Lisette;[67] je n'en serai pas moins votre serviteur.

MARIO.

Votre serviteur! Ce n'est point encore la votre jargon: c'est "ton
serviteur" qu'il faut dire.

M. ORGON.

Ah! ah! ah! ah!

SILVIA, _bas a Mario_.

Vous me jouez, mon frere.

DORANTE.

A l'egard du tutoiement, j'attends les ordres de Lisette.

SILVIA.

Fais comme tu voudras, Bourguignon; voila la glace rompue, puisque cela
divertit ces messieurs.

DORANTE.

Je t'en remercie, Lisette; et je reponds sur le champ a l'honneur que tu
me fais.

M. ORGON.

Courage, mes enfants! Si vous commencez a vous aimer vous voila
debarrasses des ceremonies.

MARIO.

Oh! doucement! S'aimer, c'est une autre affaire: vous ne savez peut-etre
pas que j'en veux au coeur de Lisette,[68] moi qui vous parle. 11 est vrai
qu'il m'est cruel; mais je ne veux pas que Bourguignon aille sur mes
brisees.[69]

SILVIA.

Oui! le prenez-vous sur ce ton-la? Et moi, je veux que Bourguignon m'aime.

DORANTE.

Tu te fais tort de dire "je veux," belle Lisette; tu n'as pas besoin
d'ordonner pour etre servie.

MARIO.

Monsieur Bourguignon, vous avez pille cette galanterie-la quelque part.

DORANTE.

Vous avez raison, Monsieur, c'est dans ses yeux que je l'ai prise.

MARIO.

Tais-toi, c'est encore pis: je te defends d'avoir tant d'esprit.

SILVIA.

Il ne l'a pas a vos depens, et, s'il en trouve dans mes yeux, il n'a qu'a
prendre.

M. ORGON.

Mon fils, vous perdrez votre proces;[70] retirons-nous. Dorante va venir,
allons le dire a ma fille; et vous, Lisette, montrez a ce garcon
l'appartement de son maitre. Adieu, Bourguignon.

DORANTE.

Monsieur, vous me faites trop d'honneur.

SCENE VII.

SILVIA, DORANTE.

SILVIA, _a part_.

Ils se donnent la comedie;[71] n'importe, mettons tout a profit. Ce
garcon-ci n'est pas sot, et je ne plains pas la soubrette qui l'aura.[72]
II va m'en conter:[73] laissons-le dire, pourvu qu'il m'instruise.

DORANTE, _a part_.

Cette fille-ci m'etonne! Il n'y a point de femme au monde a qui sa
physionomie ne fit honneur: lions connoissance avec elle.... (_Haut_.)
Puisque nous sommes dans le style amical,[74] et que nous avons abjure les
facons, dis-moi, Lisette, ta maitresse te vaut-elle? Elle est bien hardie
d'oser avoir une femme de chambre comme toi!

SILVIA.

Bourguignon, cette question-la m'annonce que, suivant la coutume, tu
arrives avec l'intention de me dire des douceurs: n'est-il pas vrai?

DORANTE.

Ma foi, je n'etois pas venu dans ce dessein-la, je te l'avoue; tout valet
que je suis, je n'ai jamais eu de grande liaison avec les soubrettes: je
n'aime pas l'esprit domestique; mais, a ton egard, c'est une autre
affaire. Comment donc! tu me soumets; je suis presque timide; ma
familiarite n'oseroit s'apprivoiser avec toi; j'ai toujours envie d'oter
mon chapeau[75] de dessus ma tete, et, quand je te tutoie, il me semble
que je joue:[76] enfin j'ai un penchant a te traiter avec des respects qui
te feroient rire. Quelle espece de suivante es-tu donc, avec ton air de
princesse?

SILVIA.

Tiens, tout ce que tu dis avoir senti en me voyant est precisement
l'histoire de tous les valets qui m'ont vue.

DORANTE.

Ma foi, je ne serois pas surpris quand ce seroit aussi l'histoire de tous
les maitres.

SILVIA.

Le trait est joli, assurement; mais, je te le repete encore, je ne suis
pas faite aux cajoleries de ceux dont la garde-robe ressemble a la tienne.

DORANTE.

C'est-a-dire que ma parure ne te plait pas?

SILVIA.

Non, Bourguignon; laissons-la l'amour, et soyons bons amis.

DORANTE.

Rien que cela? Ton petit traite n'est compose que de deux clauses
impossibles.

SILVIA, _a part_.

Quel homme pour un valet! (_Haut_.) Il faut pourtant qu'il s'execute; on
m'a predit que je n'epouserai jamais qu'un homme de condition, et j'ai
jure depuis de n'en ecouter jamais d'autres.

DORANTE.

Parbleu! cela est plaisant![77] Ce que tu as jure pour homme, je l'ai jure
pour femme, moi: j'ai fait serment de n'aimer serieusement qu'une fille de
condition.

SILVIA.

Ne t'ecarte donc pas de ton projet.

DORANTE.

Je ne m'en ecarte peut-etre pas tant que nous le croyons: tu as l'air bien
distingue, et l'on est quelquefois fille de condition sans le savoir.

SILVIA.

Ah! ha! ha! Je te remercierois de ton eloge si ma mere n'en faisoit pas
les frais.

DORANTE.

Eh bien! venge-t-en sur la mienne, si tu me trouves assez bonne mine pour
cela.

SILVIA, _a part_.

Il le meriteroit. (_Haut_.) Mais ce n'est pas la de quoi il est question:
treve de badinage. C'est un homme de condition qui m'est predit pour
epoux, et je n'en rabattrai rien.

DORANTE.

Parbleu! si j'etois tel, la prediction me menacerait; j'aurois peur de la
verifier. Je n'ai pas de foi a l'astrologie, mais j'en ai beaucoup a ton
visage.

SILVIA, _a part_.

Il ne tarit point. (_Haut_.) Finiras-tu? Que t'importe la prediction,
puisqu'elle t'exclut?

DORANTE.

Elle n'a pas predit que je ne t'aimerois point.

SILVIA.

Non, mais elle a dit que tu n'y gagnerois rien; et moi, je te le confirme.

DORANTE.

Tu fais fort bien, Lisette: cette fierte-la te va a merveille, et,
quoiqu'elle me fasse mon proces,[78] je suis pourtant bien aise de te la
voir; je te l'ai souhaitee d'abord que[79] je t'ai vue: il te falloit
encore cette grace-la, et je me console d'y perdre, parce que tu y gagnes.

SILVIA, _a part_.

Mais, en verite, voila un garcon qui me surprend, malgre que j'en
aie...[80] (_Haut._) Dis-moi, qui es-tu, toi qui me parles ainsi?

DORANTE.

Le fils d'honnetes gens qui n'etoient pas riches.

SILVIA.

Va, je te souhaite de bon coeur une meilleure situation que la tienne, et
je voudrois pouvoir y contribuer; la fortune a tort avec toi.[81]

DORANTE.

Ma foi! l'amour a plus de tort[82] qu'elle: j'aimerois mieux qu'il me fut
permis de te demander ton coeur que d'avoir tous les biens du monde.

SILVIA, _a part_.

Nous voila, grace au Ciel, en conversation reglee. (_Haut_.) Bourguignon,
je ne saurois me facher des discours que tu me tiens; mais, je t'en prie,
changeons d'entretien. Venons a ton maitre. Tu peux te passer de me parler
d'amour, je pense?

DORANTE.

Tu pourrais bien te passer de m'en faire sentir, toi.

SILVIA.

Ahi! je me facherai; tu m'impatientes. Encore une fois, laisse la ton
amour.

DORANTE.

Quitte donc ta figure.

SILVIA, _a part_.

A la fin, je crois qu'il m'amuse...[83] (_Haut_.) Eh bien! Bourguignon, tu
ne veux donc pas finir? Faudra-t-il que je te quitte? (_A part_.) Je
devrois deja l'avoir fait.

DORANTE.

Attends, Lisette, je voulois moi-meme te parler d'autre chose; mais je ne
sais plus ce que c'est.

SILVIA.

J'avois de mon cote quelque chose a te dire, mais tu m'as fait perdre mes
idees aussi, a moi.

DORANTE.

Je me rappelle de[84] t'avoir demande si ta maitresse te valoit.

SILVIA.

Tu reviens a ton chemin par un detour: adieu.

DORANTE.

Et non, te dis-je, Lisette; il ne s'agit ici que de mon maitre.

SILVIA.

Eh bien! soit: je voulois te parler de lui aussi, et j'espere que tu
voudras bien me dire confidemment[85] ce qu'il est. Ton attachement pour
lui m'en donne bonne opinion: il faut qu'il ait du merite, puisque tu le
sers.

DORANTE.

Tu me permettras peut-etre bien de te remercier de ce que tu me dis la,
par exemple?

SILVIA.

Veux-tu bien ne prendre pas garde[86] a l'imprudence que j'ai eue de le
dire?

DORANTE.

Voila encore de ces reponses qui m'emportent! Fais comme tu voudras, je
n'y resiste point, et je suis bien malheureux de me trouver arrete par
tout ce qu'il y a de plus aimable au monde.

SILVIA.

Et moi je voudrois bien savoir comment il se fait que j'ai la bonte de
t'ecouter, car, assurement, cela est singulier!

DORANTE.

Tu as raison, notre aventure est unique.

SILVIA, _a part_.

Malgre tout ce qu'il m'a dit, je ne suis point partie, je ne pars point,
me voila encore, et je reponds! En verite, cela passe la raillerie.
(_Haut_.) Adieu.

DORANTE.

Achevons donc ce que nous voulions dire.

SILVIA.

Adieu, te dis-je; plus de quartier. Quand ton maitre sera venu, je
tacherai, en faveur de[87] ma maitresse, de le connoitre par moi-meme,
s'il en vaut la peine. En attendant, tu vois cet appartement: c'est le
votre.

DORANTE.

Tiens! voici mon maitre.

SCENE VIII.

DORANTE, SILVIA, ARLEQUIN.

ARLEQUIN.

Ah! te voila, Bourguignon? Mon porte-manteau[88] et toi, avez-vous ete
bien recus ici?

DORANTE.

Il n'etoit pas possible qu'on nous recut mal, Monsieur.

ARLEQUIN.

Un domestique la-bas m'a dit d'entrer ici, et qu'on alloit avertir mon
beau-pere, qui etoit avec ma femme.

SILVIA.

Vous voulez dire monsieur Orgon et sa fille, sans doute, Monsieur?

ARLEQUIN.

Et oui, mon beau-pere et ma femme, autant vaut.[89] Je viens pour epouser,
et ils m'attendent pour etre maries; cela est convenu; il ne manque plus
que la ceremonie, qui est une bagatelle.

SILVIA.

C'est une bagatelle qui vaut bien la peine qu'on y pense.

ARLEQUIN.

Oui; mais, quand on y a pense, on n'y pense plus.

SILVIA, _bas a Dorante_.

Bourguignon, on est homme de merite a bon marche chez vous, ce me semble.

ARLEQUIN.

Que dites-vous la a mon valet, la belle?[90]

SILVIA.

Rien: je lui dis seulement que je vais faire descendre[91] monsieur Orgon.

ARLEQUIN.

Et pourquoi ne pas dire mon beau-pere, comme moi?

SILVIA.

C'est qu'il ne l'est pas encore.

DORANTE.

Elle a raison, Monsieur: le mariage n'est pas fait.

ARLEQUIN.

Eh bien! me voila pour le faire.

DORANTE.

Attendez donc qu'il soit fait.

ARLEQUIN.

Pardi! voila bien des facons pour un beau-pere de la veille ou du
lendemain![92]

SILVIA.

En effet, quelle si grande difference y a-t-il entre etre mariee ou ne
l'etre pas? Oui, Monsieur, nous avons tort, et je cours informer votre
beau-pere de votre arrivee.

ARLEQUIN.

Et ma femme aussi, je vous prie. Mais, avant que de[93] partir, dites-moi
une chose: vous qui etes si jolie, n'etes-vous pas la soubrette de
l'hotel?[94]

SILVIA.

Vous l'avez dit.

ARLEQUIN.

C'est fort bien fait; je m'en rejouis. Croyez-vous que je plaise ici?
Comment me trouvez-vous?

SILVIA.

Je vous trouve ... plaisant[95].

ARLEQUIN.

Bon, tant mieux; entretenez-vous dans ce sentiment-la, il pourra trouver
sa place.

SILVIA.

Vous etes bien modeste de vous en contenter. Mais je vous quitte; il faut
qu'on ait oublie d'avertir votre beau-pere, car assurement il seroit venu;
et j'y vais.

ARLEQUIN.

Dites-lui que je l'attends avec affection.

SILVIA, _a part_.

Que le sort est bizarre! Aucun de ces deux hommes n'est a sa place.

SCENE IX.

DORANTE, ARLEQUIN.

ARLEQUIN.

Eh bien! Monsieur, mon commencement va bien: je plais deja a la soubrette.

DORANTE.

Butor que tu es!

ARLEQUIN.

Pourquoi donc? Mon entree est si gentille!

DORANTE.

Tu m'avois tant promis de laisser la tes facons de parler sottes et
triviales! Je t'avois donne de si bonnes instructions! Je ne t'avois
recommande que d'etre serieux. Va, je vois bien que je suis un etourdi de
m'en etre fie a toi.[96]

ARLEQUIN.

Je ferai encore mieux dans les suites,[97] et, puisque le serieux n'est
pas suffisant, je donnerai du melancolique;[98] je pleurerai, s'il le
faut.

DORANTE.

Je ne sais plus ou j'en suis; cette aventure-ci m'etourdit. Que faut-il
que je fasse?

ARLEQUIN.

Est-ce que la fille n'est pas plaisante?[99]

DORANTE.

Tais-toi; voici monsieur Orgon qui vient.

SCENE X.

M. ORGON, DORANTE, ARLEQUIN.

M. ORGON.

Mon cher Monsieur, je vous demande mille pardons de vous avoir fait
attendre; mais ce n'est que de cet instant[100] que j'apprends que vous
etes ici.

ARLEQUIN.

Monsieur, mille pardons, c'est beaucoup trop, et il n'en faut qu'un quand
on n'a fait qu'une faute: au surplus, tous mes pardons sont a votre
service.

M. ORGON.

Je tacherai de n'en avoir pas besoin.

ARLEQUIN.

Vous etes le maitre, et moi votre serviteur.

M. ORGON.

Je suis, je vous assure, charme de vous voir, et je vous attendois avec
impatience.

ARLEQUIN.

Je serois d'abord venu ici avec Bourguignon; mais, quand on arrive de
voyage, vous savez qu'on est si mal bati![101] et j'etois bien aise de me
presenter dans un etat plus ragoutant.[102]

M. ORGON.

Vous y avez fort bien reussi. Ma fille s'habille; elle a ete un peu
indisposee. En attendant qu'elle descende, voulez-vous vous rafraichir?

ARLEQUIN.

Oh! je n'ai jamais refuse de trinquer[103] avec personne.

M. ORGON.

Bourguignon, ayez soin de vous, mon garcon.

ARLEQUIN.

Le gaillard est gourmet: il boira du meilleur.

M. ORGON.

Qu'il ne l'epargne pas.

ACTE II.

SCENE PREMIERE.

LISETTE, M. ORGON.

M. ORGON.

Eh bien! que me veux-tu, Lisette?

LISETTE.

J'ai a vous entretenir un moment.

M. ORGON.

De quoi s'agit-il?

LISETTE.

De vous dire l'etat ou sont les choses, parce qu'il est important
que vous en soyez eclairci, afin que vous n'ayez point a vous plaindre de
moi.

M. ORGON.

Ceci est donc bien serieux?

LISETTE.

Oui, tres serieux. Vous avez consenti au deguisement de mademoiselle
Silvia; moi-meme je l'ai trouve d'abord sans consequence, mais je me suis
trompee.

M. ORGON.

Et de quelle consequence est-il donc?

LISETTE.

Monsieur, on a de la peine a se louer soi-meme; mais, malgre toutes les
regles de la modestie, il faut pourtant que je vous dise que, si vous ne
mettez ordre[104] a ce qui arrive, votre pretendu gendre[105] n'aura plus
de coeur a donner a mademoiselle votre fille. Il est temps qu'elle se
declare, cela presse: car, un jour plus tard, je n'en reponds plus.

M. ORGON.

Eh! d'ou vient qu'il ne voudra plus de ma fille? Quand il la connoitra, te
defies-tu de ses charmes?

LISETTE.

Non; mais vous ne vous mefiez pas assez des miens. Je vous avertis qu'ils
vont leur train,[106] et que je ne vous conseille pas de les laisser
faire.

M. ORGON.

Je vous en fais mes compliments Lisette. (_Il rit_.) Ah! ah! ah!

LISETTE.

Nous y voila:[107] vous plaisantez, Monsieur, vous vous moquez de moi.
J'en suis fachee, car vous y serez pris.

M. ORGON.

Ne t'en embarrasse pas, Lisette; va ton chemin.

LISETTE.

Je vous le repete encore, le coeur de Dorante va bien vite. Tenez,
actuellement je lui plais beaucoup, ce soir il m'aimera, il m'adorera
demain. Je ne le merite pas, il est de mauvais gout,[108] vous en direz ce
qu'il vous plaira; mais cela ne laissera pas que d'etre.[109] Voyez-vous,
demain je me garantis adoree.

M. ORGON.

Eh bien! que vous importe? S'il vous aime tant, qu'il vous epouse.

LISETTE.

Quoi! vous ne l'en empecheriez pas?

M. ORGON.

Non, d'homme d'honneur,[110] si tu le menes jusque la.

LISETTE.

Monsieur, prenez-y garde. Jusqu'ici je n'ai pas aide a mes appats, je les
ai laisse faire tout seuls, j'ai menage sa tete:[111] si je m'en mele, je
la renverse, il n'y aura plus de remede.

M. ORGON.

Renverse, ravage, brule, enfin epouse, je te le permets, si tu le peux.

LISETTE.

Sur ce pied-la, je compte ma fortune faite.

M. ORGON.

Mais, dis-moi, ma fille t'a-t-elle parle? Que pense-t-elle de son
pretendu?

LISETTE.

Nous n'avons encore guere trouve le moment[112] de nous parler, car ce
pretendu m'obsede; mais, a vue de pays,[113] je ne la crois pas contente;
je la trouve triste, reveuse, et je m'attends bien qu'elle me priera de le
rebuter.

M. ORGON.

Et moi, je te le defends. J'evite de m'expliquer avec elle; j'ai mes
raisons pour faire durer ce deguisement: je veux qu'elle examine son futur
plus a loisir. Mais le valet, comment se gouberne-t-il? ne se mele-t-il
pas d'aimer ma fille?

LISETTE.

C'est un original: j'ai remarque qu'il fait l'homme de consequence avec
elle, parce qu'il est bien fait;[114] il la regarde, et soupire.

M. ORGON.

Et cela la fache.

LISETTE.

Mais... elle rougit.

M. ORGON.

Bon, tu te trompes: les regards d'un valet ne l'embarrassent pas jusque
la.[115]

LISETTE.

Monsieur, elle rougit.

M. ORGON.

C'est donc d'indignation.

LISETTE.

A la bonne heure.[116]

M. ORGON.

Eh bien! quand tu lui parleras, dis-lui que tu soupconnes ce valet de la
prevenir contre son maitre; et, si elle se fache, ne t'en inquiete point:
ce sont mes affaires. Mais voici Dorante, qui te cherche apparemment.

SCENE II.

LISETTE, ARLEQUIN, M. ORGON.

ARLEQUIN.

Ah! je vous trouve, merveilleuse dame! je vous demandois a tout le monde.
Serviteur, cher beau-pere, ou peu s'en faut.

M. ORGON.

Serviteur. Adieu, mes enfants: je vous laisse ensemble; il est bon que
vous vous aimiez un peu avant que de[117] vous marier.

ARLEQUIN.

Je ferois bien ces deux besognes-la a la fois, moi.

M. ORGON.

Point d'impatience. Adieu.

SCENE III.

LISETTE, ARLEQUIN.

ARLEQUIN.

Madame, il dit que je ne m'impatiente pas; il en parle bien a son aise, le
bonhomme!

LISETTE.

J'ai de la peine a croire qu'il vous en coute tant d'attendre, Monsieur;
c'est par galanterie que vous faites l'impatient: a peine etes-vous
arrive. Votre amour ne sauroit etre bien fort: ce n'est tout au plus qu'un
amour naissant.

ARLEQUIN.

Vous vous trompez, prodige de nos jours: un amour de votre facon[118] ne
reste pas longtemps au berceau; votre premier coup d'oeil a fait naitre le
mien, le second lui a donne des forces, et le troisieme l'a rendu grand
garcon. Tachons de l'etablir au plus vite; ayez soin de lui, puisque vous
etes sa mere.

LISETTE.

Trouvez-vous qu'on le maltraite? est-il si abandonne?

ARLEQUIN.

En attendant qu'il soit pourvu, donnez-lui seulement votre belle main
blanche pour l'amuser un peu.

LISETTE.

Tenez donc, petit importun, puisqu'on ne sauroit avoir la paix qu'en vous
amusant.

ARLEQUIN, _lui baisant la main_.

Cher joujou de mon ame! cela me rejouit comme du vin delicieux. Quel
dommage de n'en avoir que roquille![119]

LISETTE.

Allons, arretez-vous; vous etes trop avide.

ARLEQUIN.

Je ne demande qu'a me soutenir, en attendant que je vive.

LISETTE.

Ne faut-il pas avoir de la raison?

ARLEQUIN.

De la raison! Helas! je l'ai perdue; vos beaux yeux sont les filous qui me
l'ont volee.

LISETTE.

Mais est-il possible que vous m'aimiez tant? Je ne saurois me le
persuader.

ARLEQUIN.

Je ne me soucie pas de ce qui est possible, moi, mais je vous aime comme
un perdu,[120] et vous verrez bien dans votre miroir que cela est juste.

LISETTE.

Mon miroir ne servirait qu'a me rendre plus incredule.

ARLEQUIN.

Ah! mignonne, adorable! votre humilite ne seroit donc qu'une hypocrite!

LISETTE.

Quelqu'un vient a nous: c'est votre valet.

SCENE IV.

DORANTE, ARLEQUIN, LISETTE.

DORANTE.

Monsieur, pourrois-je vous entretenir un moment?

ARLEQUIN.

Non: maudite soit la valetaille[121] qui ne sauroit nous laisser en repos!

LISETTE.

Voyez ce qu'il vous veut, Monsieur.

DORANTE.

Je n'ai qu'un mot a vous dire.

ARLEQUIN.

Madame, s'il en dit deux, son conge sera[122] le troisieme. Voyons!

DORANTE, _bas a Arlequin_.

Viens donc, impertinent![123]

ARLEQUIN, _bas a Dorante_.

Ce sont des injures, et non pas des mots, cela... (_A Lisette_) Ma reine,
excusez.

LISETTE.

Faites, faites.

DORANTE.

Debarrasse-moi de tout ceci.[124] Ne te livre point;[125] parois serieux
et reveur, et meme mecontent: entends-tu?

ARLEQUIN.

Oui, mon ami; ne vous inquietez pas, et retirez-vous.

SCENE V.

ARLEQUIN, LISETTE.

ARLEQUIN.

Ah! Madame! sans lui j'allois vous dire de belles choses, et je n'en
trouverai plus que de communes a cette heure, hormis mon amour, qui est
extraordinaire. Mais, a propos de mon amour, quand est-ce que le votre lui
tiendra compagnie?

LISETTE.

Il faut esperer que cela viendra.

ARLEQUIN.

Et croyez-vous que cela vienne?

LISETTE.

La question est vive:[126] savez-vous bien que vous m'embarrassez?

ARLEQUIN.

Que voulez-vous? je brule, et je crie au feu.

LISETTE.

S'il m'etoit permis de m'expliquer si vite...

ARLEQUIN.

Je suis du sentiment que vous le pouvez en conscience.

LISETTE.

La retenue de mon sexe ne le veut pas.

ARLEQUIN.

Ce n'est donc pas la retenue d'a present, qui donne bien
d'autres permissions.

LISETTE.

Mais que me demandez-vous?

ARLEQUIN.

Dites-moi un petit brin[127] que vous m'aimez. Tenez, je vous aime, moi.
Faites l'echo: repetez, Princesse.

LISETTE.

Quel insatiable! Eh bien! Monsieur, je vous aime.

ARLEQUIN.

Eh bien! Madame, je me meurs, mon bonheur me confond, j'ai peur d'en
courir les champs.[128] Vous m'aimez! cela est admirable!

LISETTE.

J'aurois lieu, a mon tour, d'etre etonnee de la promptitude de votre
hommage. Peut-etre m'aimerez-vous moins quand nous nous connoitrons mieux.

ARLEQUIN.

Ah! Madame, quand nous en serons la, j'y perdrai beaucoup, il y aura bien
a decompter.[129]

LISETTE.

Vous me croyez plus de qualites que je n'en ai.

ARLEQUIN.

Et vous, Madame, vous ne savez pas les miennes, et je ne devrois vous
parler qu'a genoux.

Book of the day: